14 décembre 2012 - 00:00 |

La Chronique Matières du Jeudi

Les marchés réagissent à la politique monétaire américaine

(14/12/2012)

La Réserve fédérale américaine a annoncé mercredi vouloir stimuler davantage l’économie nationale par la politique monétaire (la « Fed » s’est engagée à acheter chaque mois pour $45 milliards de Bons du Trésor contre $ 40 milliards actuellement) et ne pas relever les taux d‘intérêt tant que le niveau de chômage aux Etats-Unis serait aussi élevé. Cette déclaration a affaibli le dollar, propulsant mécaniquement à la hausse les matières premières puisqu’elles sont cotées en billet vert.

Cacao. Contrairement aux autres matières premières, le cacao ne s’est pas inscrit à la baisse, gagnant même 3% à la clôture de mercredi en raison notamment de l’expiration du contrat spot sur le marché du Liffe. On s’attend également à des livraisons pus faibles en fèves sur le marché du physique. Dans les pays producteurs, l’opposition ghanéenne a déclaré vouloir contester les résultats de l’élection présidentielle qui s’est tenue le 7 décembre, mais la filière est confiante que quelque soit la situation, l’approvisionnement en cacao ne sera pas perturbé.
Barry Callebaut estime que le marché mondial ne progressera que très modérément, de l’ordre de 1%, durant cette campagne 2012/13, jusqu’en août. La demande asiatique devrait compenser la morosité du marché européen. Sur 2011/12, la croissance du marché du chocolat aurait également été de 1%. Selon l’analyste de marché Mintel, le marché du chocolat en 2012 représenterait $ 84,5 milliards.
Le géant suisse Barry Callebaut a annoncé cette semaine racheter pour $ 950 millions les activités cacao du singapourien Petra Foods.
Au Brésil, les entrepôts de cacao ont enregistré une hausse de 31% de leurs volumes entre le 1er mai et le 9 décembre par rapport à la même période en 2011. Rappelons que le Brésil a acheté plus de cacao que d’habitude sur le marché international ces derniers mois, ayant estimé que sa récole serait faible alors que cela n’a pas été le cas. Les entrepôts regorgent donc de fèves.

Café. L’Arabica a été une des matières qui a le plus fortement baissé hier. Mais globalement, sur la semaine sous revue, les marchés ont peu bougé ($+10 à Londres, -3.50 cts à New York). « L’activité physique “de fin d’année”, c’est-à-dire certaines affaires spot, répond davantage à des raisons comptables que marchandes », souligne un trader.
Globalement, 2013 devrait voir un approvisionnement abondant du marché mondial en café, avec une récolte brésilienne importante même si on est dans le creux de son cycle végétatif bisannuel. La production mondiale en 2012/13 augmenterait de 8,4% à 146 millions de sacs, avec une production d’Arabica en progression de 10,6% à 90 Ms ; le Robusta devrait atteindre 56 Ms, en hausse de 5,1%, selon l’Organisation internationale du café (OIC). Les exportations mexicaines ont fait un bond de 41,5% en novembre, à 241 942 sacs de 60 kilos. Rappelons que le Mexique a exporté 3,38 millions de sacs en 2011/12.
Les Arabica du Kenya connaissent actuellement une belle performance, la qualité AA enregistrant mardi, aux ventes aux enchères, leur troisième hausse consécutive hebdomadaire. Sur les 18 126 sacs offerts à la vente le 11 décembre, 4 243 sacs ont trouvé preneurs. Le Kenya où les camionneurs à Mombassa se sont mis en grève cette semaine, contestant une mesure pour limiter leurs charges transportées.
Côté Robusta, les exportations du Vietnam ont fait un bond de 72,6% en novembre par rapport à novembre 2011, à 122 000 t. Les exportations en octobre-novembre, les deux premiers mois de la récolte, ont atteint 224 300 t, soit plus du double que sur les deux premiers mois en 2011 qui s’élevaient à 103 000 t. Toutefois, sa récolte baisserait de 8,6% cette campagne, à 22 Ms.
Quant à l’Indonésie, sa production atteindrait 9,7 millions de sacs en 2012/13 contre 8,3 Ms en 2011/12, grâce à une bonne météo.
Une année qui s’achève avec un accent de plus en plus prononcé pour la traçablité sur les marchés de détail européens, une exigence de traçabilité qui vient s’ajouter à l’exigence de « durabilité » développé ces dernières années. «_Bientôt, sur chaque paquet de café, on aura les coordonnées du lieu et du propriétaire de la plantation. C’est l’avenir, cela ne facilitera pas les affaires, mais il faudra bien s’y adapter_», souligne un trader.

Céréales. Suite à l’annonce d’une politique monétaire résolue de la part de la Réserve fédérale américaine et, surtout, après que le Département américain de l’Agriculture (USDA) ait révisé à la hausse ses estimations de stocks de blé de fin de campagne 2012/13 car les exportations seraient moins élevées qu’anticipées, le blé a glissé à la clôture hier, mercredi, pour sa quatrième session consécutive, touchant son plus bas en 5 mois et suivant en cela la baisse du cours du maïs.
D’ici la fin décembre, l’Inde décidera si elle autorise ou non l’exportation de 2,5 millions de tonnes (Mt) de blé supplémentaires. Rappelons que le pays est le deuxième producteur céréalier au monde et a déjà autorisé cette année l’exportation de 2 Mt, tirant ces volumes de ses entrepôts afin d’alléger ses derniers qui regorgent de céréales suite à plusieurs récoltes record successives. L’Inde pourrait vendre du blé à l’Iran, renouant ainsi avec ce flux commercial qui n’a pas été activé depuis les années 90 pour des raisons sanitaires.

Coton. Pour la première fois depuis le démarrage de la campagne de commercialisation, le Département américain de l’Agriculture (USDA) a annoncé mardi que les stocks mondiaux devraient baisser en fin de campagne 2012/13, à 79,64 millions de balles contre 80,27 millions annoncés le mois dernier : la demande devrait grimper tandis que la production diminuerait.
Ceci a déclenché un mouvement spéculatif haussier, portant les cours à New York à 75,53 cents la livre, leur plus haut depuis le 23 octobre. Toutefois, le marché demeure très lourd car l’USDA a confirmé l’existence d’un énorme stock de report ce qui va s’ajouter à la récolte record à venir.

Huile de palme. Sur le marché à terme de Singapour, le prix de l’huile de palme de Malaisie a baissé pour la troisième session consécutive, les stocks regorgeant de marchandises. Le marché attend de connaître la nouvelle taxe à l’exportation pour janvier en Malaisie. Certains estiment qu’elle pourrait être de 0%, la Malaisie vouant booster ses exportations.

Riz. Le Vietnam a baissé ses prix du riz cette semaine pour mieux concurrencer l’offre de Myanmar, du Pakistan ou d’Inde. Ses 5% brisures ont coté $ 405-410 la tonne FOB contre $ 420-440 la semaine dernière ; ses 25% brisures sont à $ 375-380 contre $ 390-410. Le riz de Myanmar se trouve à $ 370 et celui du Pakistan à $ 420. L’Inde se révèle particulièrement agressive sur le marché car ses stocks sont très importants : au 1er décembre, ils atteignaient 30,6 Mt contre un objectif de … 5, 2 Mt ! Les 5% riz courant d’Inde cotent $ 375-440 la tonne FOB, quasiment au même niveau que la semaine dernière car, en ces veilles de Noël, on n’enregistre quasiment pas de transactions sur le marché.

Sucre. Le sucre roux a chuté à la clôture de New York, mercredi soir, à son plus faible prix depuis deux ans. Aussi les producteurs ne sont-ils pas pressés de vendre, attendant que les cours reprennent ; quant aux importateurs, ils attendent de mieux cerner la direction que prendra le marché, ces importateurs étant de doute façon bien couvert à l’exception peut-être de l’Indonésie.
En outre, certains pays importateurs comme l’Egypte et le Vietnam ont pris des mseures afin de protéger leurs marchés nationaux contre des importations trop bon marché.
Sergio Gudoshnikov de l’Organisation internationale du sucre (OIS) rappelle qu’on est dans la troisième année consécutive d’excédent mondial. Notons que le Brésil a aligné cette semaine ses prévisions à celles des analystes du marché, réduisant de 1,3 Mt ses estimations de production de sucre pour 2012/13, en cette fin de récolte. Ainsi, le géant mondial produirait 37,66 Mt, en baise de 3,4% par rapport aux 38,99 Mt estimées en août dernier. Au total, 595,1 Mt de canne seront broyées contre 596,6 Mt en 2011/12.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +