16 janvier 2015 - 00:00 |
à Lagos

Le secteur agricole menacé par les violences au Nigeria

Les violences perpétrées depuis 2009 dans certains Etats du Nord du Nigeria par la secte islamiste Boko Haram affectent la production agricole dans la région et risquent de remettre en cause la politique de transformation agricole du président Goodluck Jonathan. Et pour cause, près de 30 000 paysans ont fui les zones en difficulté….

 

"L’Etat de Borno est encerclé par les islamistes. Il est impossible de se déplacer. Nos agriculteurs ne peuvent plus se rendre dans leurs champs. Certains ont fui les violences en abandonnant leur fermes. La situation est grave. C’est pourquoi, nous demandons au gouvernement fédéral d’agir très rapidement_". Ainsi s’exprimait le gouverneur de l’Etat de Borno (considéré comme le fief de Boko Haram), Kashim Shettima, après sa rencontre avec le président Goodluck Jonathan le mois dernier.

"La pénurie alimentaire s’ajoute à la misère dans le Nord du Nigeria. Les zones abandonnées par les agriculteurs sont  les plus fertiles de cette partie du pays et il faut s’attendre à une famine  générale cette année car toutes les routes reliant les villes aux zones  agricoles ont été fermées", renchérit  le commissaire à l'Agriculture de l'Etat de Borno, Usman Zannah. Il ajoute : "Les agriculteurs ont été en lock-out de leurs terres agricoles tandis que ceux des zones reculées ne peuvent pas venir en ville pour louer  des tracteurs ou embaucher des ouvriers pour cultiver leurs terres en vue des prochaines cultures."

Ce développement est la conséquence directe des violences perpétrées par la secte islamiste Boko Haram. Depuis juillet 2009, Boko Haram a revendiqué plusieurs centaines d’attaques, d'attentats-suicides, d'exécutions et braquages perpétrés jusqu’au cœur de la capitale fédérale, Abuja, avec  à la clef près de 15 000 personnes tuées.

10 000 ha de rizières abandonnés en pleine récolte

La vie, de façon générale, est donc largement paralysée dans ces Etats du Nord-Est que sont Borno, Adamawa et Yobe, et la production agricole est aussi très affectée. C’est ce que confirme le directeur  du développement  du bassin du Tchad, Garba lliya, qui estime que 10 000 hectares (ha) de rizières ont été abandonnés en pleine  récolte par quelques 30 000 agriculteurs. Il a également souligné que 3 500 ha de blé n’ont pas pu être récoltés puisque  les agriculteurs ont fui, terrorisés. "_Seuls 1 500 ha de blé ont été récoltés cette année avant que les terroristes ne viennent  chasser les agriculteurs et les ouvriers_", a précisé  Iliya.

Les autorités fédérales, de leur côté, paniquent. La situation au Nord risque d’affecter l’économie nationale. Et pour cause, le gouvernement veut faire de l’agriculture la nouvelle source de richesse pour le Nigeria suite à la chute du prix du brut sur le marché international. Le premier producteur africain de pétrole compte désormais sur l’agriculture pour combler son déficit budgétaire.

Le secteur agricole fait donc l'objet aujourd'hui d'une attention toute particulière de la part du gouvernement fédéral. Pour l'aider à le réformer, la Banque africaine de développement (BAD) a octroyé récemment un prêt de € 130,7 millions à des conditions très concessionnelles (1,75% sur 22 ans). Une enveloppe qui sera destinée à développer les productions commerciales et la valeur ajoutée sur des filières comme le riz, le sorgho et le manioc. Elle servira aussi à développer la filière agro-alimentaire, les investissements du secteur privé dans la transformation ainsi que le système d’information sur les marchés (SIM), sans oublier un meilleur accès des agriculteurs aux services financiers et à l’assurance-récolte.

Mais la situation au Nord du pays risque de remettre en cause  les efforts des autorités. Raison ? Le Nord, qui compte 19 des 36 Etats de la fédération, est considéré comme le grenier du Nigeria. C'est là que se trouvent les cultures principales comme le riz, le blé, le sorgho, l’arachide, l’igname et les culture vivrières.

 

                                                                                                          

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +