16 janvier 2020 - 15:46 |

Alerte rouge sur le chinois Shandong Ruyi : ne lui vendez plus de coton !

Le chinois du textile et de l’habillement Shandong Ruyi a été mis sur la liste noire des acheteurs mondiaux de coton. Ce mois-ci, celui qui se veut le rival de LVMH a été mis par l'International Coton Association (ICA) de Liverpool sur la liste des entreprises qui n'honorent pas les décisions d'arbitrage. Une alerte rouge lancée aux membres de l'Association, dont Cargill, Louis Dreyfus, etc. à qui il est recommandé de ne plus commercer avec le groupe chinois.

Or, l'achat pour quelque $ 4 milliards par Shandong Ruyi, ces dernières années, d'importantes marques de prêt-à-porter en fait un important acteur sur le marché mondial du coton. Il détient notamment le français SMCP (Sandro, Maje, Claudie Pierlot et De Fursac), les marques britanniques Kent & Curwen ainsi que Gieves & Hawkes, ou encore Cerruti 1881, les sous-vêtements de la marque Playboy sans oublier le suisse de la chaussure de luxe Bally, rappelle fashionnetwork.com.

La décision de l'ICA fait suite au non paiement d'un million de dollars en dommages et intérêts auxquels était condamné Shandong Ruyi dans le cadre d'un arbitrage avec le groupe bangladais Valleycot Marketing. Le Financial Times, hier, précisait que Valleycot Marketing aurait acheté 7 000 tonnes (t) de coton australien à Shandong Ruyi entre 2016 et 2017 qui ne lui en aurait livré qu'une partie seulement. Valleycot Marketing a donc introduit en février dernier une action en arbitrage.

Notons que Calvelex, un fabricant portugais de tissus, envisageait en décembre de déposer plainte pour 100 000 euros de factures impayées par les filailes du groupe chinois, selon Fashionnetwork.

Shandong Ruyi évoque ses difficultés financières pour honorer la décision. Selon l'agence Reuters, le non remboursement, le 19 décembre, d'obligations émises par Prime Bloom Holdings, filiale financière de Shandong Ruyi, a conduit l'agence de notation Moody's a rabaissé la note de la famille d'entrepises du groupe Shandong Ruyi de B3 à Caa1. Elle a également abaissé de Caa1 à Caa2 la note des deux obligations de Prime Bloom, garanties par Shandong Ruyi. L'agence S&P avait déjà abaissé sa note en novembre.

Moody's soulignait en décembre : " En plus des 345 millions de dollars dus la semaine prochaine, Shandong Ruyi doit faire face à des remboursements allant jusqu'à 4,4 milliards de yuans (560,5 millions d'euros) sur des obligations qui arrivent à échéance ou qui font l'objet d'options de vente, permettant ainsi aux investisseurs de les revendre à la société en 2020", rapporte fashionnetwork.com.

Pays: 
Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +