16 juin 2021 - 11:42 |

Chronique Énergies renouvelables & Agriculture en Afrique de l'Ouest au 15 juin 2021

Comme chaque semaine, l’actualité des énergies renouvelables en Afrique de l’Ouest est prolifique ! Mais avant d’évoquer les nouvelles de quatre pays ciblés, prenons quelques instants pour diffuser des informations qui touchent l’ensemble de la région ouest-africaine et qui -à coup sûr- en réjouira plus d’un d’entre vous. Et elles sont nombreuses….

Commençons par un chiffre astronomique ! La Banque mondiale vient d’accorder un nouveau financement d’une valeur de $ 465 millions pour augmenter l’accès à l’énergie et développer l’utilisation des énergies renouvelables au Niger, au Sénégal et en Mauritanie ! L’objectif est clair, la Banque souhaite étendre l’accès au réseau électrique à plus d’un million de personnes, améliorer l’accès à l’électricité de 3,5 millions d’habitants des pays de la Cedeao et augmenter la part des énergies renouvelables dans le projet phare de la Banque mondiale pour la région : le système d’échange d’énergie électrique ouest-africain (EEEOA). Grâce aux énergies renouvelables, la Banque mondiale souhaite raccorder au réseau les zones les plus fragiles du Sahel et provoquer une transformation économique et sociale en Afrique de l’Ouest.

Ce projet financera des travaux de génie civil dans plusieurs pays, en Mauritanie (dans les villes de Boghé, Kaédi, Selibaby et des villes voisines du Sénégal), au Niger et au Sénégal (Casamance). Le projet veille également au financement du stockage de l’énergie par batterie qui permettra de stabiliser le réseau et augmenter les réserves d’énergie. Plus précisément, les capacités de stockages par batteries seront capables d’emmagasiner les 793 MW d’énergies solaires supplémentaires que l’EEEOA mettra en place dans ces trois pays ! C’est considérable !

Dans le même temps, le fournisseur de mini-réseaux solaires Winch Energy a lancé un financement participatif pour lever $ 2,12 millions destinés à l’électrification rurale. Une somme qui permettrait à la société de financer des projets solaires en Afrique au cours des deux prochaines années.

Plus précisément, Winch Energy a bénéficié d’un financement d’Itochu Europe PLC, une filiale du japonais Itochu Corporation, et pourrait recevoir l’aide de partenaires du saoudien Al Gihaz Holding et la société Total Eren. Rappelons que Winch Energy dispose d’un portefeuille de projet de mini-réseaux verts capables de fournir 485 000 connexions, des projets qui peuvent fournir un accès à l’électricité à 4,6 millions de personnes en Afrique de l’Ouest et de l’Est. D’ailleurs, la société opère déjà au Bénin, au Sénégal et en Sierra Leone. (Lire : En Afrique de l'Ouest, le solaire a le vent en poupe).

Et si cela ne suffisait pas ! La startup émiratie Pawane -qui a déjà fait ses preuves au Kenya- a levé $ 2,5 millions pour développer des systèmes solaires domestique en Afrique subsaharienne. Cette levée de fonds permettra à la société d‘élargir sa gamme de produits et de proposer des réservoirs d’eau, des pompes solaires et des réfrigérateurs solaires grâce auxquels les populations rurales pourront créer leurs entreprises et les agriculteurs conserveront mieux leurs aliments. Les acheteurs pourront contracter de micro-crédits ce qui facilitera grandement l’accès à ces produits. Les rembourser s’effectueront à partir du mobile money. L’objectif de Pawane est d’électrifier plus d’un million d’africains d’ici 2025.

Bénin

L’énergie solaire participe à l’éclairage des routes ! Le Programme d’action du gouvernement du Bénin a mis en œuvre la phase 1 du projet « asphaltage » qui a permis la réalisation de 195 km de voiries et prévoit dans un deuxième temps le revêtement en bitume et en pavés de 200 km de route supplémentaire. Toutefois, la modernisation des routes ne s’arrête pas là, les voiries de la première phase bénéficieront également de l’éclairage solaire grâce à plus de 15 000 lampadaires solaires qui seront implantés sur plus de 195 km de voiries ! Et ce n’est qu’un début…

Gambie

Le futur marché de l’énergie en Afrique de l’Ouest prend forme… La compagnie gambienne d’électricité et de l’eau a lancé samedi dernier le projet de modernisation de la transmission et de la distribution d’électricité de la région du Grand Banjul, d’une valeur de $ 23 millions. Le projet sera mis en œuvre par TBEA, une entreprise chinoise, qui construira une ligne de transmission haute tension de 225 kV de Brikama à Jabang.

Le gouvernement gambien souhaite généraliser l’accès à l’électricité pour ses habitants d’ici 2025. Les travaux de restauration et de modernisation de l’électricité en Gambie (GERMP) sont cofinancés depuis sa création en 2018 par la Banque mondiale, l’Union européenne et la Banque européenne investissement (BEI). Ces travaux prévoient également la construction de 4 centres solaires photovoltaïques qui permettront de garantir à l’accès à l’électricité à plus de 685 communautés à travers le pays au cours des 36 prochains mois.

Rappelons que la Gambie s’apprête à disposer pour la première fois d’un approvisionnement ininterrompu en électricité dès le mois d’octobre 2021, dans le cadre de l’Organisation de mise en valeur du fleuve Gambie (OMVG) qui raccordera l’ensemble des infrastructures énergétiques de l’Organisation (Gambie, Sénégal, Guinée-Bissau, Guinée). La ligne électrique formera une boucle qui partira de Soma (Gambie) et descendra à Tanaf (Casamance-Sénégal) puis en Guinée-Bissau et en Guinée, traversera plusieurs points du pays pour remonter à l’Est du Sénégal dont le passage à travers le pays finira sa route jusqu’en Gambie. Ce projet permettra l’ouverture d’un marché de l’énergie et l’obtention de l’électricité à partir de l’hydroélectricité du fleuve Gambie.

Niger

Vers la création d’une nouvelle centrale solaire au Niger ! La Société financière internationale (SFI) poursuit sa politique d’électrification de l’Afrique de l’Ouest grâce à l’énergie solaire. En effet, la Banque mondiale -par l’intermédiaire de SFI- et le gouvernement du Niger ont annoncé lundi qu’ils souhaitent installer 50 MW d’énergie solaire au Niger dans le cadre du programme Scaling Solar. Ce projet devrait donc permettre à des milliers d’habitations, d’écoles, de sociétés et d’hôpitaux d’avoir accès à une énergie fiable à un coût peu élevé. Aucune information complémentaire ne transparait pour l’instant sur la future localité de la centrale.

Nous pouvons tout de même affirmer qu’une centrale d’une telle puissance représente 20 % des capacités solaires déjà installées dans le pays. Le gouvernement envisage de produire 30 % d’énergies renouvelables dans son mix énergétique. Rappelons dans le cadre du programme Scaling Solar, le Sénégal dispose déjà d’une centrale, et que d’autres sont en cours de constructions en Côte d’Ivoire et au Togo.

Sénégal

La commune de Sandiara va se doter d’un marché international de bétail et de légumes ! La Caisse des dépôts et consignations (CDC) injectera une enveloppe de FCFA 5 milliards pour cette réalisation érigée sur une superficie de 10 hectares et qui permettra de créer 1000 emplois directs. L’infrastructure devrait disposer de 1000 bovins et 5000 caprins, d’un marché de gros, de détaillants, d’un centre d’exposition, d’une foire de 3000 m² et d’un abattoir moderne équipé d’une centrale biogaz. Rappelons que le marché hebdomadaire de Sandiara est le deuxième marché le plus rentable du Sénégal (APS).

Ailleurs dans le pays, l’Agence nationale pour les énergies renouvelables (Aner) se tourne vers le secteur de l’éducation pour transmettre aux plus jeunes (classes de CM1 et CM2) la nécessité d’utiliser des énergies à moindre coûts et respectueuse de l’environnement. Ce programme de sensibilisation est réalisé dans une dizaine d’établissement scolaire dans la région de Kolda au sud du Sénégal. L’occasion pour l’Aner d’offrir à chaque école un kit solaire composé de 40 lampes (Koldanews). L’éducation restera à jamais le socle du développement.

Matières premières: 
Non
Énergies renouvelables: 
Oui
Énergies renouvelables: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +