17 février 2015 - 00:00 |

Sous pression de l'UE, la Côte d'Ivoire s'attaque aux piqûres de mouches de la mangue

Pour appuyer la filière mangue dans sa lutte contre les piqûres de mouche des fruits, qui constituent un risque phytosanitaire pour les consommateurs, le ministre ivoirien de l’Agriculture, Mamadou Sangafowa Coulibaly, a annoncé samedi un soutien de FCFA 1,7 milliard du gouvernement.

La mangue tient aujourd’hui une place importante dans le développement économique de la Côte d’Ivoire. Avec un rendement moyen de 4 tonnes à l’hectare, la production nationale est estimée à 100 000 tonnes, dont seulement 20 % exportée”, a déclaré le ministre lors d’une cérémonie de lancement de l’opération de traitement phytosanitaire des vergers de manguiers, à Korhogo dans le Nord du pays.

En novembre dernier, la Côte d’Ivoire a été saisie, par l’intermédiaire de son ambassade à Bruxelles, de ce que la présence des piqûres de la mouche des fruits dans les mangues à destination des pays européens a considérablement augmenté, représentant un ”risque phytosanitaire”, rapporte l’agenceAPA.

La Commission européenne a menacé d’enclencher une procédure pouvant mener à un embargo, si aucun plan d’action n’était mis en place par la Côte d’Ivoire.

Ce serait chose faite. ”En ce qui concerne la réduction et le contrôle des mouches des fruits, le Chef de l’Etat a autorisé le traitement de tout le verger ivoirien par un produit biologique dont la prise en charge est assuré par le budget national à hauteur de FCFA 1 726 000 000”, a encore déclaré Mamadou Sangafowa Coulibaly.

L’objectif du gouvernement est qu’à partir de cette campagne, la filière s’organise pour faire face à cette situation les prochaines années”, a-t-il poursuivi. ”Pour ce faire, elle devra mettre en place très rapidement son interprofession, afin d’assurer elle-même les charges des actions qui lui permettront d’augmenter sa part de marché au niveau de l’Europe et dans d’autres parties du monde”, a-t-il conclu.

La mangue est le troisième fruit exporté par la Côte d’Ivoire, après la banane et l’ananas. Ces trois fruits contribuent entre 3 et 4 au PIB national et entre 8 et 10 du PIB agricole. Plus de 95 % des volumes exportés sont destinés au marché européen, rapporte encore l’APA. Les exportations auraient atteint 20 475 tonnes (t) en 2014 contre 10 179 t en 2011.

La Côte d’Ivoire est ainsi le premier exportateur africain de mangues et le troisième fournisseur mondial sur le marché européen après le Brésil et le Pérou.

Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +