17 mars 2009 - 17:06 |

Une filière viticole sud-africaine en plein essor

La récolte 2009 serait moins abondante qu’en 2008

(17/03/09)
Alors que les vendanges 2009 se réalisent sous de bons auspices, avec une belle qualité de raisin mais avec des volumes en baisse, l’Afrique du Sud fête cette année le 350ème anniversaire de son industrie viticole sur fond de crise internationale profonde. Rappelons que l’essentiel de la production sud-africaine est exportée : en 2008, le marché national a absorbé 312 millions de litres.

Selon Johann Krige, nouveau président de Wines of South Africa, organe fédérateur, les objectifs d’exportation l’année dernière ont été dépassés, atteignant un record de 407 millions de litres, trois fois plus qu’il y a dix ans et en hausse de 31,7% par rapport à 2007. Les 300 millions de litres voulus pour 2010 ne sont plus qu’un vague souvenir ! En réalité, le vin est devenu le plus important contributeur du segment agro-industriel à l’exportation. Les exportations de vin en vrac ont progressé de 54,8% alors que le Brandy est en baisse de 3,6%.

En outre, les marchés ont été diversifiés, le Royaume Uni et les Pays-Bas ne représentant plus que 47% du total exporté contre 70% en 2000. Toutefois, ce sont les vins sud-africains qui connaitraient la plus forte croissance parmi les vins du monde sur le marché britannique. Sur le marché allemand, ils sont passés de la 14ème place en 2000 avec 135 000 bouteilles vendues, à la quatrième place en 2008 avec 66 millions de litres. Aux Pays-Bas, les vins sud-africains sont au premier rang des vins du Nouveau Monde par volumes vendus et en Suède, toutes catégories confondues.

A noter que ces vins progressent aussi sur les marchés africains eux-mêmes sans oublier ceux d’Asie et d’Europe de l’Est. Entre 2001 et 2005, le marché du vin en Afrique sub-saharienne, toutes origines confondues, a bondi de 86% en valeur, selon le cabinet de consultants Whitehouse & Associates, peut-on lire sur Viti-net. L’Angola, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Nigeria offriraient les perspectives les plus prometteuses. Autant de raisons qui ont conduit les producteurs de vins sud-africains à mieux prospecter leur propre continent. Aujourd’hui la filière vin sud-africaine, qui détenait moins de 10% de part de marché sur le continent noir en 2006, constate avec plaisir un intérêt grandissant pour ses vins, notamment en Angola. “_Notre quatrième marché export est désormais l’Afrique, où les économies riches de ressources naturelles sont florissantes et où les opérateurs ont pris conscience de l’intérêt économique de s’approvisionner à moindre coût en Afrique plutôt qu’en Europe, leur fournisseur traditionnel_” explique Su Birch, de WOSA.

Quant à la récolte en cours en Afrique du Sud, les estimations réalisées le mois dernier sont en retrait de 21 675 tonnes par rapport aux chiffres avancés en janvier, à 1 300 202 tonnes de raisins, soit 8,5% de moins qu’en 2008. On s’attend à une production de 1 005,4 millions de litres, à raison d’un rendement de 773 litres à la tonne de raisin. Ceci est inférieur de 16,6 et de 120,4 millions de litres aux estimations de janvier et à la production en 2008, respectivement. La baisse serait la plus accusée dans l’Orange River avec de très faibles rendements dans les vignobles de Sultana.

En fin d’année, les stocks chez les producteurs et dans les caves privés devraient avoir baissé à 282,5 millions de litres contre 365,4 millions au 31 décembre 2008.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +