17 novembre 2021 - 15:40 |

Chronique Énergies renouvelables & Agriculture en Afrique de l'Ouest au 17 novembre 2021

En Afrique de l'Ouest, les problématiques agricoles et agroindustrielles demeurent aisément liées à celles des énergies renouvelables. L’actualité confirme et renforce chaque jour cet état de fait. Revenons donc sur les dernières nouvelles agro/énergies renouvelables que nous retrouvons cette semaine dans plusieurs pays : Bénin, Burkina Faso, Nigeria, Sénégal et Sierra Leone.

Mais avant de se plonger dans l’actualité de ces pays, intéressons-nous aux dernières nouvelles qui touchent l’ensemble de la région

La plus importante banque d’Allemagne, la Deutsche Bank, et le Fonds vert pour le climat démarrent un programme d’investissement d’une valeur de $500 millions pour le développement des énergies renouvelables en Afrique subsaharienne. L’initiative est réalisée pour soutenir la production et l’installation d’appareils solaires non connectés au réseau national (off-grid) et la création de mini-réseaux indépendants (mini-grids). Il s’agit donc d’installations en faveur du monde rural, pour l’électrification des communautés, les usages personnels et les entreprises. Ces financements devraient favoriser le développement économique de sociétés rurales et forcément… le monde agricole. La Deutsche Bank ayant le souhait de verdir son blason, elle qui a dernièrement financé à hauteur de € 25 millions la société Halcyon Agri qui vient de raser 10 000 hectares de forêts tropicales pour la plantation d’hévéas au Cameroun et en Malaisie….

Le Royaume-Uni souhaite allouer $13 milliards à la transition énergétique africaine ! Une magne financière essentiellement destinée à la création de parcs éoliens offshores et sur le continent. Dans le même temps, à la COP26, le Royaume-Uni (ainsi que 18 autres) s’est engagé à cesser de financer les énergies fossiles (gaz et pétrole) à l’étranger d’ici la fin de l’année 2022. Dernièrement, la société britannique Xlinks s’est distinguée en créant un partenariat avec le Maroc pour la mise en œuvre d’un parc éolien et solaire de 10,5 GW directement relié à la Grande Bretagne par un câble sous-marin. Le développement des énergies renouvelables et la fin des investissements dans les énergies fossiles peuvent entrainer de nombreuses difficultés pour le développement de l’Afrique. Les énergies renouvelables sont intermittentes (l’énergie solaire ne produit pas la nuit par exemple) et nécessitent une énergie d’appoint capable d’aider les pays à réaliser leurs transitions énergétiques en attendant le développement de l’hydrogène vert notamment.

BÉNIN

Le Conseil des ministres du 10 novembre a adopté la Politique nationale de maîtrise d’énergie pour la période 2021-2030. Ce plan décennal est basé sur « une gestion optimale des ressources et des consommations en biomasse et produits pétroliers » dans le but d’assurer davantage d’indépendance énergétique au Bénin. Le Conseil souhaite disposer d’un approvisionnement énergétique durable tout en préservant « le couvert végétal » du pays. Nous devrions disposer d’informations complémentaires sur ce plan – et le développement de la biomasse au Bénin – ces prochaines semaines.

BURKINA FASO

Vendredi dernier, le secrétaire général du ministre de l’Energie, des mines et des carrières, Souleymane Konaté, à procédé au lancement du marché solaire ouest-africain. Il s’agit d’une plateforme virtuelle (www.msoa.store) destinée à la promotion et la vulgarisation de produits et services de la filière solaire. Cette plateforme permettra d’accélérer la vente de produits solaires qui seront soumis à un contrôle de qualité mis en place par l’Agence national des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique du Burkina Faso (ANEREE). Cette initiative dispose du soutien financer l’Union européenne et la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso.

NIGÉRIA

Le fournisseur nigérian de station frigorifique solaire, ColdHubs, installera 100 nouveaux réfrigérateurs solaires d’ici la fin de l’année 2022. Ces appareils seront installés dans les villes afin que les agriculteurs, détaillants et autre grossîtes puissent les louer et stocker leurs produits alimentaires périssables. Ces espaces de location quotidienne favoriseront la lutte contre le gaspillage alimentaire et amélioreront  par également la conservation des produits des agriculteurs. Il s’agit d’une initiative peu commune dans la mesure où les espaces de refroidissement au Nigeria sont principalement dédiés à la conservation de poisson importé et à la conservation de vaccin, selon les données du Global Col Chain Alliance.

Le principal fournisseur de solutions solaires aux industriels d’Afrique de l’Ouest, Daystar Power, annonce une collaboration avec Seven-Up Bottling Company (SBC) pour l’installation de 10,5 MW en faveur de cinq usines localisées au Nigeria (Abuja, Lagos (Ikeja), Ibadan et Ilorin). Ainsi, SBC deviendra le fabricant industriel du Nigeria à être le plus alimenté en énergie solaire. Cette collaboration n’est pas nouvelle, Daystar Power a déjà installé des stations solaires dans les usines d’embouteillage de SBC à Kaduna (450 kW) et Kano (990 kW).

SÉNÉGAL

Le projet « BioStar » démarre au Sénégal. Ce projet vise à augmenter l’accès à l’énergie des populations rurales en produisant de la biomasse à partir des déchets de l’industrie agroalimentaire. Concrètement, il s’agit d’implanter des modules de production de bio-énergies dans les PME agroalimentaires des zones rurales afin que ces mini-centrales à biomasse puissent alimenter en énergie le réseau de communauté. Financé à hauteur de €9 millions par l’Union européenne et €2 millions par l’Agence française de développement (AFD), ce projet concerne le Sénégal et le Burkina Faso et devrait être axé sur les filières karité, anacarde, mangue et riz.

SIERRA LEONE

Aptech Africa Sierra Leone – en collaboration avec l’UNICEF – vient d’installer 10 systèmes solaires de pompage pour fournir de l’eau à 10 communautés villageoises des districts de Portloko, Moyamba, Bonthe et Western Rural District en Sierra Leone. Plus précisément 3 communautés disposeront de 63 000 litres d’eau par jour en faveur de 22 000 personnes (par village) ; tandis que les 7 autres communautés bénéficieront de 42 000 litres d’eau par jour 16 000 personnes (par village). Les sites ont été sélectionnés car ils ne disposaient pas d’eau courante et potable. L’apport en eau sera utilisé pour les écoles, les centres de santé et pour les activités de pêche, dont la disponibilité en eau participe au processus de nettoyage du poisson et au stockage de poisson commercial.

Matières premières: 
Non
Énergies renouvelables: 
Oui

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +