17 décembre 2021 - 12:58 |

Le cacao bloqué aux ports ivoiriens par un mouvement de grève

Ce matin, les deux ports de Côte d’Ivoire que sont le Port autonome d’Abidjan (PAA) et le Port autonome de San-Pedro (PASP) étaient silencieux, les dockers et manutentionnaires lançant ainsi un mouvement de grève d’une semaine, reconductible.

 

La décision a été prise mardi par la Fédération nationale des dockers de Côte d’Ivoire (Fenad-CI) et annoncée hier lors d’une conférence de presse. En cause, le non-respect par le gouvernement de ses engagements de rémunérer les dockers et manutentionnaires € 3 euros ($ 3,40) de l’heure contre € 1 de l’heure actuellement, souligne Reuters.

 

Ils contestent la non-application du décret du 30 janvier 2019 portant statut particulier des dockers de Côte d’Ivoire. Rappelons que ce décret visait « à améliorer les conditions de vie et de travail des dockers. Aussi, il redéfinit, conformément aux standards internationaux, les conditions d’accès à la profession de docker, les modalités d’embauche, de conclusion, d’exécution et de rupture des contrats de travail des dockers. En outre, il prévoit divers avantages sociaux au profit des dockers, notamment la formation professionnelle continue, une assurance santé ainsi qu’un fonds de solidarité. »

 

Ce mouvement de grève intervient alors que les exportateurs se hâtent d’expédier sans pénalités des fèves de la précédente campagne 2020/21, close le 30 septembre. A ceci se greffe le cacao de l’actuelle campagne qui bat son plein. Au total, ce sont 500 000 à 600 000 tonnes (t) de fèves qui devaient être expédiées d’ici la mi-janvier, selon un exportateur européen interrogé par Reuters. La perte financière pourrait être majeure mais aussi la perte de marchés car, souligne-t-il, les navires ne resteront guère longtemps à quai sans être chargés.

 

Une situation qui ne va pas, non plus, aider la situation en Côte d’Ivoire où, d’ores et déjà, les arrivages aux ports sont en baisse de 10,4% par rapport à l’année dernière sur la période du 1er octobre au 12 décembre, à 824 000 t, selon les exportateurs. Après un lent démarrage, la campagne actuelle devait monter en puissance en janvier.

 

Ceci dit, ce mouvement de grève pourrait faire grimper les cours du cacao…

Secteurs: 
Matières premières: 
Non
Énergies renouvelables: 
Non

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +