18 novembre 2019 - 12:31 |

Le Sénégal vent debout pour protéger les requins-taupe bleus à la réunion de la CICTA

La proposition du Sénégal visant à protéger les requins-taupes bleus victimes de surpêche et qui sont en voie d’extinction sera examinée à Majorque en Espagne au cours de la réunion de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (CICTA) qui s'ouvre aujourd'hui et durera jusqu'au 25 novembre.

 

Les autorités sénégalaises ont récemment introduit la proposition d’interdire tout débarquement de requins-taupes bleus dans l’Atlantique conformément à des recommandations scientifiques visant à protéger cette espèce qui serait en voie d’extinction, rapporte l'APS.

 

Le Liberia a déjà apporté son soutien à cette proposition et il s'agit maintenant que le Cap Vert, la Gambie, la Guinée, la Guinée-Bissau et la Sierra Leone défendent la proposition.

 

Les organisations membres de la Shark League espèrent voir l’Afrique ’’montrer l’exemple à l’occasion de cette réunion internationale sur la pêche qui pourrait changer radicalement l’avenir des requins-taupes bleus en danger d’extinction et contribuer à éviter le finning, c’est-à-dire le prélèvement des ailerons d’un requin et le rejet de sa carcasse à la mer’’, a souligné la même source.

 

Au cours de cette réunion internationale, le Sénégal sera aussi co-auteur d’une seconde proposition qui imposerait que tous les requins débarqués aient les nageoires encore attachées au reste de la carcasse afin de contrôler plus facilement l’interdiction du finning. Outre le Sénégal, le Bénin, le Burkina Faso, le Cap-Vert, la Côte d’Ivoire, l’Egypte, le Gabon, la Gambie, le Liberia, le Mali, le Niger, le Nigeria, le Soudan, le Tchad et le Togo ont été co-auteurs de cette seconde proposition, adoptée en août 2019 et dont l’objectif est d’inscrire les requins-taupes bleus (et les petits requins-taupes) à l’Annexe II de la Convention sur le Commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction.

 

‘’La meilleure chance de rétablissement des populations de requin-taupe bleu dans l’Atlantique est l’interdiction de la rétention et de la vente du requin-taupe bleu par les pêcheurs de la région. C’était l’avis des scientifiques de la CICTA. La proposition du Sénégal suit exactement cette recommandation. C’est une très bonne proposition qui montre le leadership continu du Sénégal concernant la conservation des requins en Afrique et dans l’océan Atlantique’’, a déclaré Grantly Galland cité dans le communiqué

Pays: 
Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +