19 mai 2010 - 13:59 |

Les enjeux des accords de pêche Union européenne/Pays africains

L’avis du Conseil économique, social et environnemental

(18/05/2010) Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) s’est réuni en séance les 27 et 28 avril 2010 sur le thème « Les enjeux des accords de pêche Union Européenne/Pays Africain ». L’avis du CESE a été présenté par Gérald d’Aboville, rapporteur au nom de la section des relations extérieures. Nous reprenons ci-dessous la conclusion, le rapport est joint en version PDF.

« L’Union européenne a opté dès les années 1980 pour une démarche de coopération avec les États africains dans le domaine de la pêche avec une évolution progressive vers une logique partenariale des accords conclus.
Cette finalité partenariale n’a en rien perdu de sa pertinence et pourrait justifier à elle seule le renouvellement de ces accords si ce n’est que l’environnement dans lequel ils s’inscrivent s’est modifié : menace sur la pérennité de la ressource halieutique, exacerbation de la concurrence avec la multiplication d’armements en provenance notamment d’Asie, extension de la pêche illégale, crise du secteur halieutique en Europe, persistance de la très
grande pauvreté.
Dans ce contexte, les APP offrent à l’évidence l’inestimable avantage d’exister et de présenter à leur échelle une forme de régulation des activités de pêche. S’il ne peut y avoir d’autre voie que celle de la reconduction de ces accords, le CESE n’en estime pas moins qu’il faut, en cette phase de renégociation, faire montre de plus d’ambition et de volontarisme en faveur de la consolidation de leur assise et du recadrage de certaines de leurs dispositions.
L’Union européenne est, par ailleurs, à une étape charnière de sa construction et il est primordial qu’elle s’affirme plus fortement sur la scène internationale. Des accords de pêche revalorisés dans leurs objectifs ne
pourraient à cet égard que l’aider à se rendre plus audible.
Les négociations en cours ou à venir sont donc une opportunité unique à saisir afin de recentrer les accords de pêche UE/pays africains autour de quelques axes déterminants dans le but de faire bouger les lignes et de s’engager
résolument dans une perspective bénéfique aux deux parties intégrant les piliers économique, social et environnemental du développement durable. Il ne s’agit donc pas de se cantonner à poser et à réaffirmer des objectifs en faveur d’une exploitation raisonnée de la ressource que personne au demeurant ne conteste
mais bien – et le défi est d’une autre dimension – de faire de ces accords d’efficaces leviers d’intervention en ciblant les priorités d’action : le renforcement des processus d’évaluation scientifique, de contrôle et de suivi de l’état des ressources halieutiques, l’intensification des coopérations avec les ORGP et les autres instances régionales existantes, l’établissement de davantage de cohérence et de complémentarité entre les APP et les autres politiques de développement de l’Union européenne, l’encouragement à une meilleure information et au delà à une plus grande association des organisations de la société civile.
Tel est l’esprit dans lequel le CESE a souhaité se placer pour formuler un certain nombre de préconisations et contribuer ainsi à la réflexion sur les voies et moyens de raffermir les accords de pêche Union européenne/pays africains.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +