19 mai 2011 - 00:00 |

La Chronique Matières du jeudi

Rebond après deux semaines de correction

(19/05/2011) Les marchés des matières premières ont largement rebondi mercredi après deux semaines de correction, pétrole en tête mais presque aucune matière n’a été épargnée. Les fonds sont retournés aux achats. L’indice Reuters CRB a progressé de 2,2% le 18 mai. Selon Fred Delmer, responsable Commodities chez MF Global, la correction sur le marché des matières premières devrait se poursuivre le mois prochain voire celui d’après, avant un rebond d’ici la fin de l’année grâce à la croissance de la demande. La maison de courtage a maintenu sa perpective optimiste sur les commodities et s’attend à une hausse des prix de 10 à 20% sur les 12 prochains mois par rapport aux cours actuels, en raison de la baisse du dollar et de la hausse de la demande mondiale. “Nous allons avoir une certaine faiblesse entre aujourd’hui et la fin de l’été, et ensuite je pense que nous aurons un mouvement haussier constant” ajoutant ”J’ai le sentiment que les matières premières se négocient actuellement 5 à 10% trop cher, mais dans un an elles seront 10 à 20% plus haut qu’aujourd’hui.”_

BOIS Si on observe une stabilité des prix des grumes sur le marché d’Afrique de l’Ouest et du Centre, en revanche les prix de certains sciages sont en fortes hausses portés par le dynamisme de la demande, en particulier asiatique. Par exemple, les prix des Bilinga, Bubinga, Moabi, Padouk et Movingui ont gagné entre €25 et 45 par m3 ces 15 derniers jours. Et la tendance devrait se poursuivre observe l’ITTO.
Les prix des sciages du Sipo ont gagné €70 le m3 et ceux des Wenge aussi, sans doute impacté par la décision du Cameroun d’interdire les exportations de Wenge et Bubinga.
Les producteurs africains sont confiants sur la tendance du marché au troisième trimestre 2011 car la demande en provenance d’Inde et de Chine demeure élevée. L’ITTO observe aussi que les acheteurs en provenance de France et d’Italie sont plus actifs.

CACAO Les cours du cacao se sont aussi appréciés gagnant $15 à New Yord à $ 2995 la tonne mais le volume échangé est faible, environ inférieur de moitié à la moyenne de 30 jours. A Londres, ils gagnaient £ 10 à £ 1865 la tonne pour le contrat de juillet.
L’un des principaux acheteurs mondiaux de fèves de cacao, Cargill, qui a repris ses exportations à partir de la Côte d’Ivoire en début de semaine estime que l’ensemble du cacao stocké dans les entrepôts sera embarqué d’ici à la fin juin. Jos de Loor, directeur du cacao et du chocolat à Cargill estime qu’il est difficile de se faire une idée de la récolte intermédiaire, qui a démarré en avril et court jusqu’en septembre, en raison de la situation sécuritaire dans les zones rurales : “La seule chose que nous pouvons dire, c’est que jusqu’à présent le temps a été très bon et qu’en conséquence la récolte intermédiaire devrait être bonne. Néanmoins, nous n’avons pas été en mesure de voyager dans le pays et donc d’évaluer la situation sur place ”.
Les achats déclarés auprès du Cocobod au Ghana s’élèvent à 846 385 tonnes au 5 mai, soit 56,7% de plus que sur la même période en 2009/10. La semaine dernière Yan Adu-Ampomah du Cocobod avait revu à la hausse ses prévisions de production pour la campagne en cours entre 900 000 et 950 000 tonnes. En 2009/10, la production ghanéenne s’est élevée à 632 000 tonnes. Alors que la fin de la récolte principale s’achève, officiellement le 19 mai, le Cocobod estime que la récolte intermédiaire pourrait atteindre 100 000 tonnes.

CAFÉ Après une baisse de 40 cents en deux semaines, on assiste aussi à un léger rebond pour le café à New-Yor, qui passe de 264 cents la livre à 275 cents. Mais, souligne un courtier, «  la baisse n’a pas changée grande chose, la morosité et l’incertitude restent d’actualité. Seul changement notable en Arabica la baisse de l’origine Kenya ». Les affaires restent limitées au strict nécessaire. En revanche, en Robusta les choses se gâtent rapidement : « en Indonésie les différentiels ont subitement monté de près de $100, et en Vietnam les offres se font rares, et chères. Pourtant, il reste du café à vendre, mais les exportateurs tiennent les prix. Ils sont convaincus que le marché va fortement monter et ils ont des arguments ».
L’organisation internationale du café (OIC) a estimé mardi que la production mondiale de café en 2012/13 devrait croître de 8% à environ 140 millions de sacs de 60 kilos, principalement grâce à l’augmentation de la production brésilienne. Pour 2011/12, l’organisation table sur environ 30 millions de sacs.

CÉRÉALES Tous les yeux sont rivés sur la météo qui n’est pour l’instant pas favorable dans un contexte de tension sur l’offre. Les cours tant du blé que du maïs grimpent. Ils ont gagné cette semaine respectivement 12 et 11%. Avec la sécheresse qui sévit en Europe, les perspectives s’assombrissent avec des baisses envisagées des récoltes et des rendements. Agritel a estimé que la récolte française de blé pourrait s’abaisser de 11,5% à 31,7 millions de tonnes. Aux Etats-Unis, c’est un excès d’humidité dans les zones de l’est de la Corn Belt qui suscite des inquiétudes pour les semis de maïs. Les superficies emblavées, déjà retardées, pourraient être moindres avec un report éventuel sur le soja.
Morgan Stanley estime que les prix du maïs, du soja et du blé devraient augmenter cette année et la suivante car il est nécessaire que les prix soient plus élevés pour encourager de nouvelles superficies en dehors des Etats-Unis et ce afin de répondre à la demande. Pour 2010/11, la banque prévoit un pris de $7 le boisseau pour le blé, $13,25 pour le soja et de $6,75 le boisseau pour le maïs.

COTON Les cours du coton ont poursuivi cette semaine leur redressement, le contrat de juillet clôturant à 159,86 cents la livre et la nouvelle récolte à 122,98 cents la livre, une hausse Mais la hausse des cours à New York ne se reflète pas sur le marché physique où la demande des usines de textile est toujours faible, leur activité étant réduite.
Au Brésil, les exportations de coton pourraient doubler pour atteindre 900 000 tonnes en 2011/12, conséquence de l’envolée de la production de coton. La récolte, qui devrait démarrer en juin prochain, pourrait atteindre 2 millions de tonnes cette année, alors qu’elle se situe entre 1 et 1,5 Mt. Les superficies semées ont progressé de 66% et les rendements ont cru de 3%. Le Brésil pourrait ainsi ravir la troisième d’exportateur mondial à l’Ouzbékistan. Un facteur limitant pourrait être les capacités logistiques et portuaires sur Brésil.

HUILE DE PALME La reprise générale des cours des matières premières, mais aussi la perspective d’une demande en hausse dans les semaines à venir avec la reconstitution des stocks en Inde et en Chine ont poussé les prix de l’huile de palme à la hausse. La situation météorologique a été aussi un élément de soutien des cours avec un possible impact sur les semis de soja aux Etats-Unis et sur la récolte de colza en Europe. Toute hausse des huiles végétales du soja ou du colza pourrait entraîner l’huile de palme, qui a chuté de 13% depuis le début de l’année. _”L’huile de palme n’est pas près de descendre de sitôt. La demande en Asie s’accélère et les craintes sur les récoltes aux États-Unis et l’Europe soutiennent les prix», a déclaré un trader en Malaisie.
Les exportations de la Malaisie ont bondi de 33% à 601 984 tonnes sur les 15 premiers jours de mai (contre les 15 premiers jours d’avril), selon la SGS.

RIZ Les prix du riz sur les marchés asiatiques se sont affaiblis cette semaine et pourraient encore perdre davantage dans les prochaines semaines avec un approvisionnement en hausse au moment où la demande est faible. Le prix du Thai 100% B a perdu $5 la tonne à $495 « La demande des acheteurs africains, qui a soutenu les prix thaïlandais dans les derniers mois, s’est détendue alors que l’offre est en hausse, il n’y a donc aucun soutien pour doper les prix en ce moment” affirme un opérateur basé à Bangkok. La plupart des pays africains sont actuellement bien approvisionnés et devraient rester à l’écart sauf si les prix chutent. Seule la demande de riz 5% de brisure en provenance du Moyen-Orient a permis de limiter la baisse des prix. Même tendance au Vietnam, avec une baisse un peu plus marquée des prix. Les exportateurs ont signé jusqu’à présent des accords pour 3,9 millions de tonnes (Mt) en 2011 dont 2,75 Mt ont été chargées, le solde (1,15 Mt) seraient expédiées d’ici le mois de juin selon la Vietnam Food Association. Néanmoins, les exportateurs détiendraient environ 1,66 Mt de riz en stock, ce qui pourrait contribuer à une baisse des prix lors du démarrage de la prochaine récolte, indiquent les traders. La récolte d’été-automne dans le Delta du Mékong démarre en juillet.

THE Pour la deuxième semaine consécutive, les prix des ventes aux enchères au Kenya se sont inscrits à la baisse avec une moyenne pour les meilleures qualités de $3,17 le kilo contre $3,33 la semaine dernière. L’offre était plus importante que la semaine dernière mais les lots qui n’ont pas trouvé acheteur aussi (environ 25% d’invendu). Au Bangladesh, les prix sont aussi en retrait avec une moyenne de prix tombée à 164,15 takas ($2,24) et une demande étrangère faible.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +