20 janvier 2008 - 22:52 |

Le rendez-vous Matière du jeudi

Les fonds poussent les principales soft commodities vers des plus hauts

(18/01/08) L’appétit des fonds pour les commodities ne se dément pas. Après des plus hauts atteints en fin de semaine dernière et au début de cette semaine, notamment pour le café ($2 041 t le 11 janvier, un plus haut de 9,5 ans), le coton (71,69 cents la livre contrat mars le 15 un pic de 4 ans, $ 73,50 cents contrat mai et 79,88 cents pour la nouvelle récolte décembre), le cacao (£ 1 175 le 14, un plus haut depuis mai 2003) et le sucre (plus haut de 9 mois à $ 347,50 la tonne à Londres et 12,14 cents la livre à New York pour l’échéance mars le 17), les prises de bénéfices ont consolidé les marchés. On observe un recul des cours. Mais la tendance n’est pas pour autant inversée.
Rien n’est moins pour le Baltic dry sea index (index BADI). Les craintes d’une récession aux Etats-Unis ont provoqué la plus forte chute de l’index le 16 janvier depuis le record de 1985. L’index BADI, indicateur des principales routes pour le charbon, le fer, le ciment et les soft commodities, a perdu 421 points à 6,915, soit son plus bas niveau depuis 5 mois. C’est la troisième chute en moins d’une semaine. Il a perdu plus de 37% depuis son record atteint en novembre 2007.

CACAO A £ 1 175 la tonne, le contrat de mai a clôturé le 11 janvier à. son plus haut niveau pour la seconde fois ce mois depuis mai 2003. A New York, le contrat mars était à $2 237. Le marché du cacao, comme les autres, reflète l’appétit des investisseurs pour les commodities, ainsi que l’important déficit observé l’année dernière. Mais les prises de bénéfices ont corrigé le marché. Cependant les fondamentaux, notamment de l’Afrique de l’Ouest, devraient apporter un bon soutien au marché.
Les arrivées de cacao de Côte d’Ivoire ont été très fortes, elles se ralentissent actuellement. Les exportateurs ont révisé à la baisse (- 100 000 tonnes) le volume de la récolte principale (octobre-mars) à 1 million de tonnes. Les prochains jours avec l’arrivée ou non des pluies d’ici la fin du mois de janvier seront déterminants Fait nouveau surtout par rapport aux années précédentes, les haut prix de cacao ivoirien conduiraient les Ghanéens à vendre en contrebande leur cacao en Côte d’Ivoire. La contrebande aurait commencé en décembre et s’intensifierait ce mois-ci.
Dans une interview donnée à Reuters Jan Vingerhoets de l’International Cocoa Organization (ICCO) s’attend à « un équilibre étroit » entre l’offre et la demande de cacao en 2007/08 après un déficit de 242 000 tonnes constaté en 2006/07. Il estime que les cours à Londres devraient demeurer aux environs de £1 000 la tonne, et peut-être au-dessus de £ 1 100 en 2008 en raison d’une demande soutenue. «Il y a six mois, j’aurais prédit un excédent pour 2007/08, mais les statistiques de broyage sont devenues tellement fantastiques ».
Jan Vingerhoets n’exprime aucune inquiétude quant à un impact de la conjoncture économique sur l’industrie du chocolat précisant que la consommation de chocolat continue à croître en Europe et aux Etats-Unis. Il ajoute que l’ICO prévoit de rencontrer les fabricants russes de chocolat pour mettre en place une campagne de relations publique, d’un coût de $ 1 million, pour booster la consommation en Russie.

CAFE L’International Coffee Organization (ICO) estimait le 15 janvier par la voix de son directeur Nestor Osorio que la production mondiale devrait augmenter en 2008/09 pour s’établir entre 123 millions de sacs (Ms) de 60 kilos et 126 Ms contre 116 Ms en 2007/08. La semaine dernière la première estimation officielle de la récolte du Brésil donnait une production de 44,2 Ms en 2008/09. Du côté de la consommation, le rythme de croissance compris entre 1,5 et 2% devrait se maintenir la portant à 125 Ms contre 123 Ms l’année précédente. Nestor Osorio précise que «une brève analyse de la situation dans une sélection de pays exportateurs indique que la dépréciation du dollar a un impact négatif dans des importants pays producteurs comme le Brésil, la Colombie, l’Indonésie et l’Ouganda ».

CAOUTCHOUC Si les contrats à terme pour le caoutchouc ont reculé à un plus bas d’un mois le 16 janvier à Tokyo, c’est plus le fait de la baisse des prix du pétrole et de la fermeté du yen par rapport au dollar. Cependant, la baisse de l’offre en février avec le démarrage de la saison sèche dans les principaux pays producteurs, notamment Thaïlande et Malaisie, devrait apporter un soutien au marché. Or la demande, et celle du premier acheteur mondial la Chine, demeure ferme.

HUILE DE TOURNESOL Les prix de l’huile de tournesol devraient demeurer élevés, en partie en raison de la récolte de tournesol en Argentine qui devrait être plus faible que prévue, estime l’analyse basé à Hambourg, Oil World. Les mauvaises conditions climatiques ont conduit l’analyste à réviser à la baisse les projections de la récolte 2008 à 4,25 millions de tonnes (Mt) en Argentine contre 4,5 Mt précédemment. _« C’est une hausse conséquente par rapport aux 3,3 Mt récoltées en 2007 mais elle est insuffisante pour satisfaire la forte demande mondiale » _précise Oil World. De plus, les importateurs font face à une diminution des offres d’exportation. Les principaux fournisseurs traditionnels sur le marché mondial, y compris l’Ukraine et la Russie, devraient réduire leurs exportations dans les prochains mois à la suite de la faiblesse de leurs récoltes de tournesol.

Filières: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +