20 janvier 2020 - 18:13 |

Le Royaume Uni du Brexit devrait devenir l'investisseur de choix de l'Afrique

Aujourd'hui s'est ouvert à Londres le premier Sommet sur l'investissement entre le Royaume-Uni et l'Afrique avec pour thème « Partenaires pour la prospérité ». Les futures relations commerciales entre le Royaume-Uni et l'Afrique et la Zone de libre-échange continentale africaine dans le contexte du Brexit, prévu le 31 janvier, doivent dominer les débats. Car le Brexit devrait ouvrir de nouvelles perspectives pour les échanges commerciaux bilatéraux et un intérêt grandissant des investisseurs britanniques pour l'Afrique, souligne Londres. La conférence est co-organisée par la Royal African Society et l'Université Oxford Brooks.

Devant une vingtaine de pays africains, une quinzaine de chefs d’État dont le président de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina ainsi que des institutions internationales et des chefs d’entreprises Africains, le premier ministre britannique, Boris Johnson devait plaider pour que le Royaume-Uni devienne l’« investisseur de choix » des pays africains, indique un communiqué de Downing Street promettant l’annonce de plusieurs « accords valant des milliards de livres ».

En 2018, la valeur des échanges commerciaux s'élevait à plus de £ 33 milliards ; près de 2 000 entreprises britanniques sont actuellement établies en Afrique. Les exportations de l'Afrique vers le Royaume-Uni se sont élevées à £ 17 milliards en 2016, avec pour principaux pays exportateurs africains vers le Royaume-Uni l'Afrique du Sud qui domine avec 58 % du total des exportations, suivie du Nigeria (7%), de l'Algérie, du Maroc et de l'Égypte, avec 5 % chacun.

 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +