20 février 2008 - 11:07 |

L'actualité en bref

(20/02/08)

EGYPTE/SUCRE La nouvelle raffinerie de sucre propriété du groupe d’Arabie Saoudite Savola Group devrait commencer son activité en mars prochain. D’un coût de $ 140 millions, créée en joint venture avec plusieurs entreprises dont Tate et Lyle, la raffinerie aura une capacité de 750 000 tonnes. Selon le directeur général, Kamal Shukri, l’unité démarrera avec 25% de sa capacité pour atteindre 100% en octobre 2008. La production de The United Sugar Company of Egypt (USCE), située près du port de Ain Sokhna dans la Mer Rouge, sera destinée au marché égyptien et à l’exportation dans les pays voisins.

AFRIQUE DU SUD/MAÏS Selon le dernier rapport du Département américain de l’Agriculture (USDA), la production de maïs en Afrique du Sud devrait s’établir à 7,125 millions de tonnes (Mt) en 2007/08, dont 4,315 Mt de maïs blanc. Une production insuffisante pour combler la demande locale, les importations devant s’élever à 1,525 Mt. L’USDA estime, que si les pluies se poursuivent dans les zones de culture, la production de maïs pourrait être supérieure à 11 Mt en 2008/09.

MALAWI/TABAC Les fortes pluies devraient diminuer la production de tabac au Malawi. Selon la Tobacco Control Commission (TCC), la production de burley et de tabac séché à l’air chaud devrait s’élever à 145 millions de kilos en 2008, contre une estimation de 150 millions en janvier dernier. Le Malawi est le premier producteur mondial de burley.

MAURITANIE/UE/PECHE La Mauritanie et l’Union européenne ont signé un accord portant révision du protocole de pêche. En décembre dernier, le protocole de pêche, singé en juillet 206, avait été dénoncé car la flotte européenne ne pouvait accéder à certaines pêcheries protégées. Ce nouveau protocole, qui doit encore être entériné par les deux parties, prévoit une réduction des capacités de pêche tant pour le pélagique et les céphalopodes et en conséquence une baisse de la contrepartie financière pour la Mauritanie. La période d’application est prolongée de deux ans passant à 4 ans à partir du 1er août 2008.

COTE D’IVOIRE/CACAO La Côte d’Ivoire devrait lancer officiellement le 21 février un programme de lutte contre la maladie « swollen shoot » du cacaoyers. D’un coût de FCFA 778 millions, il sera mené conjointement avec le Centre national de recherche agronomique (CNRA) et les producteurs et couvrira une période de deux ans. Le swollen shoot se caractérise par le dessèchement du verger, l’arrondissement des cabosses et la réduction des graines. La maladie a été signalée dans la région du Marahoué où elle a déjà détruit plus 8.000 hectares de plantations, selon les experts du CNRA.

KENYA/THÉ Les violences post-électorales, qui ont perturbé la cueillette et le transport des feuilles, ont provoqué une chute de 33% des volumes sur le marché aux enchères de Nairobi en janvier 2008 à 18,5 millions de kilo. De plus, le temps sec qui sévit actuellement pourrait réduire la production cette année. Dans un communiqué publié le 18 février, le Tea Board of Kenya précisait que «_ Les prévisions météorologiques pour le prochain mois indique que les les pluies importantes attendues la mi-mars pourraient être décalées à la mi-mai_ ».

CÔTE D’IVOIRE/CAFE Le fort vent de l’Harmattan, après une période de sérieuse sécheresse, qui sévit dans la zone de production de café pourrait fortement amputer la récolte 2007/2008 du Robusta en Côte d’Ivoire. Selon les producteurs, acheteurs et exportateurs, la production pourrait chuter à 80 000 tonnes contre 171 000 t l’année dernière. Les arrivées au port d’Abidjan ne sont que d’environ 1 000 t depuis le mois de janvier.

ETHIOPIE/CAFE Le gouvernement éthiopien ambitionne d’augmenter de 20% la production de café dans les cinq prochaines années. Pour y parvenir, les autorités aidera les producteurs en les conseillant sur le traitement des maladies du caféier et en encourageant les investisseurs étrangers à investir dans les plantations de café. La production de café en 2007/08 (juillet/juin) devrait s’établir à environ 400 000 tonnes.

MAROC/BLÉ Le Maroc envisage de mettre fin à son système étatique de contrôle des importations de blé tendre en restaurant un régime libre des importations de blé tendre dans lequel chaque importateur recevra des subventions. Dans le système actuel, l’ONICL réglementait les importations de blé en accordant des licences aux entreprises pour des quantités fixées d’importation. Avec le nouveau régime, les importateurs décideront librement du montant qu’ils souhaitent importer et l’Etat s’acquittera de subventions pour chaque importation basées sur la différence entre le prix mondial et le prix indicatif de 260 dirhams (environ 26 euros) le quintal.

GHANA//CACAO Les achats déclarés par les acheteurs privés au Cocobod ont atteint 510 025 tonnes entre le 19 octobre et le 31 janvier au Ghana. C’est 6% de plus par rapport aux 15 semaines de la saison principale de l’année dernière (481 419 tonnes).

UEMOA/COTON L’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et le Conseil régional de Bretagne se sont engagés à développer la culture du coton biologique dans les pays de la zone. Le premier pays sur lequel sera engagée cette nouvelle expérience sera le Mali.

Filières: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +