23 avril 2008 - 13:01 |

Le Maroc dévoile un plan de développement pour l’agriculture

DH 150 milliards seront affectés sur les 10 prochaines années


(23/04/08)

”L’agriculture marocaine doit devenir le moteur pour augmenter la croissance économique du pays, développer les exportations et combattre la pauvreté” a affirmé le ministre de l’Agriculture, Aziz Akhennouch le 22 avril à Meknès avant l’ouverture du Salon international de l’agriculture au Maroc (SIAM, 23-28 avril 2008).

Pour ce faire, le ministre a présenté un plan de développement sur 10 ans où quelque 150 milliards de dirhams (environ € 13,1 milliards) seront investis pour la mise à niveau et la diversification des principaux secteurs de l’agriculture. Le plan prévoit notamment de remplacer les céréales, qui occupent 75% des terres arables (7,5 millions d’hectares) par des cultures plus lucratives comme les olives. ”Le plan augmentera les fermes modernes avec le développement de l’agriculture traditionnelle”.

Le plan, dont les besoins se situeront entre DH 110 et 150 milliards sur 10 ans, sera financé à hauteur de DH 50 milliards par le budget de l’Etat et le solde par l’investissement privé, y compris les prêts et dons des institutions internationales. Les retombées attendues du plan sont : la création d’un million d’emplois en zone rurale, l’accroissement de la contribution de l’agriculture au PIB entre DH 70-100 milliards et le triplement du revenu moyen des paysans.

L’agriculture contribue à hauteur d’environ 20% du Produit intérieur brut (PIB). Le taux de croissance du Maroc demeure très dépendant des fluctuations de la production agricole, elle- même fonction des conditions météorologiques.
En 2007/08, les importations de blé tendre devraient tripler par rapport à l’année passée pour atteindre 3 millions de tonnes (Mt), pour combler la chute de la production. En effet, la sécheresse a provoqué une forte baisse de la récolte de céréales à 2 Mt, contre 9,3 Mt l’année précédente, qui avait atteint un record historique. Pour la prochaine campagne, le gouvernement prévoit 6 Mt. En 2007, le coût des importations alimentaires, avec la hausse des prix mondiaux du blé, du maïs et du lait, a grimpé de 71% pour s’établir à DH 26,4 milliard.

Filières: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +