23 avril 2021 - 00:21 |

Les prix agricoles au plus haut depuis 7 ans

Les prix agricoles ont grimpé de 20% sur une année se situant à un plus haut de 7 ans. Sur le seul 1er trimestre 2021, le World Bank’s Agricultural Price Index a bondi de plus de 9%. La plus forte augmentation a été celle des céréales suivies par les huiles et les farines.  Des prix supportés par des chutes de l’offre pour certaines commodités, en particulier le maïs et le soja, une forte demande de la Chine et la faiblesse du dollar. 

Presque tous les prix des produits de base ont augmenté au 1er trimestre de l'année, et la plupart sont maintenant au-dessus des niveaux d'avant la pandémie. Les gains ont été tirés par la reprise de l'activité économique mondiale, ainsi que par certains facteurs d'offre spécifiques, en particulier pour le pétrole, le cuivre et certains produits alimentaires.

Alors que le débat est instauré sur la  possibilité d’un nouveau cycle haussier des matières premières, la Banque mondiale semble pencher pour une hausse temporaire mais qui devrait s’installer sur l’ensemble de l’année 2021 pour ensuite avoir une stabilisation des prix en 2022. "Les prix des matières premières agricoles ont enregistré une hausse soutenue cette année, en particulier en ce qui concerne les produits alimentaires, en raison de l'insuffisance de l'offre en Amérique du Sud et de la forte demande de la Chine. Cependant, l’approvisionnement est suffisant pour la plupart des marchés mondiaux de produits alimentaires au regard des niveaux historiques, et les prix devraient se stabiliser en 2022 »" indique la Banque mondiale.

Les prix agricoles devraient se stabiliser en 2022 après une augmentation de 14% cette année.

Plus 25% pour les céréales en une année

L’indice des prix de céréales de la Banque mondiale a grimpé de 17% au 1er trimestre 2021 et de 25% sur une année. Une progesssion qui a provoqué une forte hausse des prix des denrées alimentaires. Au cœur de la hausse le maïs, plus 25% au 1er trimestre, mais aussi le blé et le riz avec chacun une augmentation de 10%.

Oléagineux au plus  haut de près de 9 ans

Si l’indice des prix des oléagineux et tourteaux n’a augmenté  « que » de 12% au 1er trimestre 2021, il progresse de 46% sur l’année. Les prix du soja étaient en moyenne de 58 % plus élevés en mars  en raison de déficits de production en Amérique du Sud liés à La Niña, tandis que les prix de l'huile de palme étaient en moyenne de 62 % plus élevés en raison du mauvais temps en Asie du Sud-Est.

Stabilité pour le cacao, café et thé

L’indice des prix des boissons de la Banque mondiale est resté globalement stable au premier trimestre de 2021, mais il est près de 6% plus élevé qu’il y a un an. Les mouvements de l'indice reflètent un raffermissement du prix du café Arabica et, dans une moindre mesure, des gains du Robusta et du thé - bien que ce dernier ait été le plus volatil. Hormis une brève hausse en novembre, les prix du cacao ont été globalement stables au cours des huit derniers mois, observe la Banque.

L'indice devrait enregistrer de faibles gains en 2021 et 2022.

Bon du coton

L'indice des prix des matières premières de la Banque mondiale a augmenté de 4 % au premier trimestre de 2021, entraîné par une forte augmentation des prix du coton. En effet, après un fort gain au quatrième trimestre 2020, les prix du coton ont bondi de 16% au 1er trimestre. Bien que les prix aient reculé en avril, ils sont toujours 40% plus élevés que leur creux d'avril 2020, indique la Banque mondiale. Une hausse qui reflète une reprise de la consommation mondiale, en particulier en Chine (+12%) et en Inde (+22%)  et une offre etroite. La Banque mondiale estime que les prix du coton devraient être en moyenne de 23% plus élevés en 2021, par rapport à 2020, suivis d'une légère augmentation en 2022.

Quant au caoutchouc naturel,  les prix ont progressé de 3% au 1er trimestre 2021 par rapport au 4ème trimestre.  La Banque mondiale estime que  les cours devraient s’apprécier de 30% en 2021 par rapport à 2020 pour ensuite se stabiliser en  2022.

Filières: 
Matières premières: 
Non
Énergies renouvelables: 
Non

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +