26 août 2021 - 18:38 |

Adama Coulibaly « A partir du moment où les Européens savent qu’on peut acheter des amandes de cajou en Côte d’Ivoire, je ne perçois pas l’intérêt qu’ils aillent se fournir au Vietnam ».

Amada Coulibaly, directeur général du Conseil de régulation, de suivi et de développement des filières Coton et Anacarde (CCA) livre à CommodAfrica dans une interview sa perception de l'évolution des deux grandes filières agricoles, l'anacarde et le coton, des régions nord et centre de la Côte d'Ivoire.

Les filières coton et anacarde se sont considérablement développées ces dernières années, quel a été l’impact sur les régions Nord et centre du pays en termes de revenus des paysans, des infrastructures, de la réduction de la pauvreté ?

Dans centre et septentrional de la Côte d’Ivoire, les deux cultures de rapport sont le coton et l’anacarde. Le président de la République a voulu qu’il n’y ait pas de solution de discontinuité dans la création de richesse de la Côte d’Ivoire en particulier en zone rurale. C’est pourquoi, autant les filières café et cacao irriguent financièrement la partie sud autant les deux filières coton et anacarde irriguent  financièrement les parties centre et nord. Ces deux cultures n’ont rien à voir l’une avec l’autre sauf qu’elles partagent la même région géographique. C’est véritablement, les principales sources de revenus des populations rurales dans ces régions. Le coton a rapporté FCFA 168 milliards directement aux producteurs pour la campagne 2020/21.

Le prix du coton était particulièrement élevé l’année dernière !

Oui, il était de FCFA 300 le kilo. Le prix élevé a été fixé pour éviter de verser des filets sociaux. Il vaut mieux rémunérer même au-delà des efforts des populations que de leur donner des filets sociaux et donc encourager le travail.

Si vous prenez l’anacarde, ce sont FCFA 310 milliards qui ont été distribués directement aux producteurs au cours de cette campagne.

Entre la Côte d’Ivoire d’il y a dix ans et celle d’aujourd’hui, surtout les parties centre et nord, le changement est perceptible rien qu’au niveau de l’habitat. Et au delà de l’habitat, les populations ont un niveau de vie qui leur permettent d’accéder au téléviseur, aux antennes paraboliques, aux motos et même certains villages aux véhicules. C’est clair que cette politique a porté des fruits. Au niveau des infrastructures, 90% des villages sont électrifiés et l’accès à l’eau s’est considérablement amélioré.

Observe-t-on une concurrence entre ces deux cultures pour l’agriculteur ?

Ceux qui ont l’espace préfèrent avoir les deux. C’est au niveau de ceux qui ne disposent pas de suffisamment d’espace qu’il y a une compétition entre les deux spéculations. On ne peut pas nier qu’il y a une certaine concurrence mais elle était beaucoup plus vive il y a 4 à 5 ans que maintenant. Car le coton est aujourd’hui attractif et c’est une culture annuelle. S’ils veulent changer l’année prochaine, ils ont le choix.  

Les choses se sont stabilisées. De plus, nous travaillons à ce qu’il n’y ait pas de nouvelles plantations de cajou. Les vielles plantations peuvent être redensifiées, rajeunies par toutes les techniques que nous développons aujourd’hui sur le terrain et qui permettent d’améliorer le rendement sans forcément créer de nouvelles parcelles. Pour ceux qui ont déjà une parcelle nous ne sommes pas pour l’expansion. Nous encourageons à recycler les vieux arbres.

Tout comme pour le coton vous misez sur la recherche variétale pour augmenter les rendements avec aussi en ligne de mire la déforestation ?

Sur la recherche variétale mais aussi agronomique. Nous avons aujourd’hui introduit de nouvelles techniques qui vont de la plantation avec des variétés améliorées  à la régénération des veilles parcelles  avec une  mise aux normes. La vocation première des anacardes était lutter contre la désertification. On a pu basculer de l’écologie à l’économie. Les premières plantations qui ont été faites n’ont pas respecté les normes techniques que nous demandons aujourd’hui. Vous avez 300, 400 parfois 1000 arbres à l’hectare la où l’on recommande 100. Or une telle densification d’arbres ne produit pas ou très peu car tous les arbres partent en hauteur à la recherche du soleil.

Nous avons mis  le cap sur 1000 kilos par hectare et nous sommes aujourd’hui autour de 500 à 600 pour l’anacarde. Pour le coton nous sommes au delà des 1000 kilos/ha à 1258 kilos pour la campagne qui vient de s’achever.

Comment se sont déroulées les exportations pour ces deux filières au niveau des disponibilités et du coût du transport durant cette année perturbée par la pandémie de la Covid-19 ?

Nous avons eu des difficultés avec des déficits en conteneurs,  les conteneurs ayant été aspirés par la Chine et l’Asie. L’avantage avec la noix de cajou est que l’on peut exporter aussi en vrac. Finalement la combinaison de ces deux solutions, nous a permis de régler les expéditions pour la noix de cajou.  Mais les coûts de fret ont augmenté, les prix de conteneurs ont été multipliés par quatre et la disponibilité a été le plus gros problème.

Au niveau de la noix de cajou, la transformation a progressé et les exportations des amandes  ont été particulièrement dynamiques ces derniers mois. Est-ce conjoncturel, lié notamment à la pandémie de la Covid-19 et ses conséquences sur la disponibilité de bateau vous permettant de supplanter une partie  l’offre en provenance du  Vietnam ou est-ce une tendance de long terme ?

En 2 ans nous avons pratiquement doublé la transformation des noix de cajou passant de 57 000 tonnes en 2019 à 130 000 tonnes aujourd’hui.

Je pense que ce qui nous a manqué c’était un déficit de communication. De plus en plus d’acteurs pensent que la Côte d’Ivoire produit des amandes de cajou. Quand on parle Côte d’Ivoire on pense cacao. La noix de cajou était peu connue. Pendant longtemps dans le silence on a approvisionné les usines indiennes et  vietnamiennes. Aujourd’hui, on a mis le cap sur la transformation et c’est un nouveau type de client que nous recherchons, ce qui nous amène à beaucoup plus communiquer. Donc je ne pense pas que cela soit conjoncturel mais que cela est un mouvement durable. A partir du moment où les Européens savent qu’on peut acheter des amandes de cajou en Côte d’Ivoire, je ne perçois pas l’intérêt qu’ils aillent se fournir au Vietnam.

Cela peut-être une question de prix, de coût ?

Peut-être. Maintenant si nos usines arrivent à être compétitives, ce à quoi nous travaillons tous les jours, nous allons au fur et à mesure effacer la différence de compétitivité entre le Vietnam et nous. Si nous ajoutons les coûts de transport, moins élevés, il y a des phénomènes de compensation. Je peux vous dire que beaucoup de distributeurs mais aussi de grandes chaînes comme Aldi, Lidl, sont en négociation directement avec les transformateurs ivoiriens. Nous avons aussi mis le cap sur la communication vers les Etats-Unis où je suis intervenu au Forum de l’AFI qui est l’association de l’industrie alimentaire avec son président Bobeur lors de l’atelier de démarrage de la certification des unités de transformation. Les Américains sont très intéressés. Notre défi est de aujourd’hui de pouvoir répondre à la demande.

C’est le début d’un partenariat solide entre la Côte d’Ivoire et plus généralement l’Afrique de l’Ouest et l’Europe. L’année dernière c’était 103 000 tonnes aujourd’hui nous sommes à 130 000 tonnes et d’ici la fin de l’année nous allons conforter nos positions.

Si la transformation de l’anacarde porte ses fruits, il semble qu’en dépit du discours affiché, la transformation du coton n’avance guère voir pas du tout ?

Sauf que maintenant ce ne sont plus des discours politiques, les gens sont en train de passer à l’action.  Nous avons eu en 2019 un atelier sur l’industrie textile et dans la foulée nous avons reçu la Chambre de commerce américaine de Hong Kong qui gère quasiment 40 marques de vêtement et qui est positionnée pour organiser l’industrie textile en Asie. Leur ambition est de délocaliser une partie de l’industrie textile en Afrique de l’Ouest. Pourquoi ? Pour la proximité et la diversité des origines car installer tout en Chine ou au Vietnam nous avons vu avec la pandémie que c’était difficile. Nous les avons reçus et ils ont été convaincus. Il reste pour nous une étape qui est celle de la mise en place de zones industrielles aménagées aux standards internationaux.  Si la Côte d’Ivoire développe, comme nous le faisons pour l’anacarde, une zone industrielle textile dans les trois ans à venir on va avoir l’opportunité d’avoir des délocalisations.

 

Filières: 
Secteurs: 
Matières premières: 
Non
Énergies renouvelables: 
Non

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +