29 janvier 2020 - 12:56 |

Le Nigeria désire recruter 50 000 agents de vulgarisation et devenir exportateur de riz

Le ministre fédéral de l’Agriculture et du Développement rural du Nigeria (FMARD), Alhaji Sabo Nanono, a annoncé après la visite du directeur général et chef de la direction de Nestlé Nigeria PLC, Mauricio Alarcon, à Lagos, que le Nigeria pourrait commencer à exporter du riz dans deux ans, souligne Premium Times.

« Avec l'amélioration du taux de production, le riz nigérian sera bientôt exporté. Avant la fermeture de notre frontière terrestre, la plupart de ces usines de rizerie fonctionnaient partiellement, mais maintenant, non seulement elles fonctionnent à pleine capacité, mais elles se développent également », peut-on lire.

En effet, la fermeture des frontières a permis de mettre fin à la prévalence du riz étranger dans le pays et a conduit à une augmentation de la production rizicole locale de nombreuses usines du Nigeria. L’action du gouvernement a contribué à accroitre la production locale de riz, accroitre le financement des banques du secteur agricole, créer une nouvelle génération d’agriculteurs et créer de nombreux emplois.

Le ministre annonce que la plupart des producteurs ont stocké du riz pour les six prochains mois. Ainsi, avant la fin des stocks, le riz de la saison sèche sera récolté et avant cette fin, une nouvelle saison des pluies reviendra. Le cycle de récolte s’effectue sur 9 moi dans le pays, ainsi le riz n’est pas récolté durant 3 mois seulement allant de novembre à janvier. En outre, le pays progresse dans ce domaine, plus le cycle va s’élargir, la production va augmenter et permettra une expansion de la chaine de valeur du riz local et créera de nouveaux emplois.

A présent, le pays compte 11 usines capables de produire 180 à 350 tonnes de riz par jour. Dans quelques mois une nouvelle usine capable de produire 400 tonnes par jour va être ouverte, ainsi que 34 usines de taille plus modeste seront implantées dans différentes régions. Ces nouvelles infrastructures bénéficieront à la production locale en pleine expansion. En effet, le directeur général et chef de la direction de Nestlé Nigeria PLC, Mauricio Alarcon, contribue à cette ruée vers la production locale et déclare : « Nous achetons localement 80% de nos produits. Nous achetons localement 100% du maïs pour Golden Morn. Le soja, le millet, le sucre, le sel et le cacao sont d'origine locale ».

Le Nigeria espère recruter 50 000 agents de vulgarisation

Lors de la conférence, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural a annoncé qu’il recruterait 50 000 agents de vulgarisation ces trois prochaines années dans le but de mettre en valeur l’agriculture locale. La vulgarisation agricole permettra d’aider les agriculteurs à utiliser des méthodes et des techniques qui faciliteront l’augmentation de la production.

« Nous avons besoin d'agents de vulgarisation pour guider les agriculteurs locaux sur la façon d'utiliser les engrais dans les différents sols sur lesquels ils cultivent. Si nous n'avons pas d'agents de vulgarisation, nous aurons toujours des problèmes dans la production de cultures de qualité, en particulier les haricots », témoigne le Ministre qui espère par la même occasion toucher la jeunesse et faire naitre des vocations. Le pays compte actuellement moins de 10 000 agents de vulgarisation. Une pénurie qui contraste avec une population en majorité agricole (70 % de la population).

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +