29 mars 2018 - 17:45 |

L'aide alimentaire américaine pourrait être réformée, en faveur des agricultures locales

Et si l'aide alimentaire était davantage produite à proximité des lieux où on en a besoin ? C'est, très schématiquement, la proposition faite mi-mars aux Etats-Unis par les sénateurs américains tant républicains que démocrates Bob Corker et Chris Coons, tous deux membres du Comité des relations internationales du Sénat.Ils proposent un Food for Peace Modernization Act 2018 (FPMA) qui ferait partie intégrante de la prochaine loi de programmation agricole, la Farm Bill 2018, souligne le Comité. Cette réforme de l'aide alimentaire américaine est demandée depuis longtemps par nombre de protagonistes.

Une des dispositions majeures de cette proposition serait de mettre fin à l'obligation de produire 100% de l'aide alimentaire américaine aux Etats-Unis et de ramener ce taux à 25%. En effet, il a été constaté que 30% seulement des fonds destinés au programme américain de Food for Peace allait effectivement à l'achat de produits alimentaires. Tout le reste va aux transports, à la logistique, etc. En réduisant cette obligation à 25%, les 75% restant peuvent permettre de sourcer un plus grand volume de produits alimentaires auprès de producteurs ou fournisseurs locaux.

Contrairement aux idées reçues, ceci ne porterait pas de coup à l'agriculture américaine car l'Agence pour le développement international des Etats-Unis (USAID) estime que l'aide alimentaire ne représente que 0,2% de la production agricoles des Etats-Unis. Son importance est donc mineure. En revanche, sourcer plus localement permettrait de venir en aide à un nombre beaucoup plus importants de personnes dans le besoin, soulignent les protagonistes de ce changement.

Une autre disposition majeure de l'actuelle législation oblige à ce que 15% de toute la nourriture donnée dans le cadre de l'aide alimentaire par les Etats-Unis soit tout d'abord vendue par des ONG, leur permettant ainsi de lever des fonds pour financer leurs projets de développement. Les sénateurs ont mis en garde contre ce procédé de "monétisation" comme étant "inefficace et pouvant créer des impacts négatifs sur les marchés" des pays récipiendaires. Un processus inefficace car il ferait perdre 25 cents pour chaque dollar dépensé. Selon un calcul de l'USAID, en éliminant ce processus de "monétisation", on pourrait "gagner" $ 30 millions par an, permettant de nourrir 800 000 personnes. La proposition de réforme abolirai cette disposition des 15%.

Et le Comité du Sénat américain de rappeler que 75 millions de personnes à travers le monde risquent la famine et 800 millions ont besoin d'une aide alimentaire. La réforme proposée permettrait, là encore, de "gagner" $ 275 millions ce qui permettrait d'aider 9 millions de personnes à travers le monde.

Rappelons que les Etats-Unis sont les plus importants pourvoyeurs d'aide alimentaire au monde, avec un budget dédié de $ 2 milliards par an.  

Pays: 
Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +