29 avril 2008 - 09:21 |

Le Cameroun et le Gabon prennent, à leur tour, des mesures face à la situation alimentaire

Le Cameroun créé un fonds spécial pour l’agriculture et appelle à consommer local

(28/04/08)

Le Cameroun a lancé le 25 avril un plan d’urgence pour augmenter sa production agricole. De son côté, le Gabon a suspendu les taxes sur les importations de produits alimentaires. Ces deux producteurs de pétrole sont les derniers pays en date sur le continent africain à avoir adopté des mesures pour faire face à une hausse spectaculaire des prix des produits alimentaires et des carburants.
Le mécontentement des Camerounais sur l’envolée des prix est en partie responsable des émeutes qui ont éclaté fin février. Une grève des chauffeurs de taxi à Douala, capitale économique du Cameroun, contre la hausse des prix du carburant a dégénéré, tournant à l’émeute dans plusieurs villes du pays, dont la capitale, Yaoundé. Les manifestants entendaient protester contre l’inflation, mais aussi contre la promulgation ce mois-ci par Paul Biya d’une loi constitutionnelle supprimant la limitation du nombre de mandats présidentiels consécutifs et ouvrant ainsi la voie à son maintien au pouvoir après 2011. Des dizaines de personnes ont été tuées lors de ces troubles.
Le Premier ministre camerounais, Ephraïm Inoni, a annoncé le 25 avril la création d’un fonds spécial pour financer le développement de l’agriculture et de la pêche locales et il a appelé la population à consommer de préférence des denrées produites localement plutôt que des produits importés. “Le gouvernement va s’efforcer de faire de la crise actuelle une opportunité pour transformer en profondeur notre agriculture, qui devra satisfaire la demande intérieure et devenir véritablement exportatrice de produits agricoles”, a déclaré le Premier ministre dans un communiqué à l’issue d’une réunion du gouvernement.
Ce plan, dont le coût total n’a pas été précisé, prévoit des subventions pour aider les jeunes agriculteurs à s’installer. Il comprend également une série d’aides pour l’achat d’engrais, de pesticides et de matériels et met également en place des regroupements régionaux de matériels.
Au Gabon, le gouvernement a suspendu pour une durée de six mois les taxes et droits de douane sur les produits alimentaires importés, dont la TVA sur l’huile de table, le poisson, le lait et la farine. Il a également imposé une limitation aux marges des importateurs de riz ainsi qu’une baisse de 37% du prix du diesel pour le secteur de la pêche.
Plusieurs autres pays africains comme le Burkina Faso, le Mali ou la Guinée, ont déjà pris des mesures. La Mauritanie a dévoilé le 24 avril le dernier volet de son programme d’urgence de $ 160 millions pour accroître notamment la production de riz et de céréales et réduire sa dépendance aux exportations. Le Sénégal et le Liberia ont également commencé à mettre en oeuvre des programmes pour redonner vie à une agriculture depuis longtemps négligée et souffrant de sous-investissements.

Filières: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +