Chronique Énergies renouvelables en Afrique de l’Ouest au 22 mai 2024

 Chronique Énergies renouvelables en Afrique de l’Ouest au 22 mai 2024

@Gert Altmann de Pixabay

Partager vers

Cette semaine un focus sur l’énergie hydroélectrique en Afrique, la première centrale nucléaire en préparation au Ghana et plusieurs entreprises au Nigeria qui font le choix de l’énergie verte tandis que les véhicules électriques de Spiro sont amenés à se développer encore.

HYDROÉLECTRICITÉ

Les premiers éléments du rapport World Hydropower Outlook montrent que la capacité hydroélectrique ajoutée en Afrique a presque doublé par rapport à 2022 avec 2 GW en en plus en 2023. Les principaux pays qui ont fortement contribué au développement sont le Nigeria (740 MW), l’Ouganda (408,2 MW), la République démocratique du Congo (381,7 MW) et la Tanzanie (261,7 MW). L’Afrique dispose aujourd’hui d’une capacité hydroélectrique installée totale de 42 GW sachant que l’hydroélectricité est l’épine dorsale de l’approvisionnement en électricité, fournissant 40 % de l’électricité en Afrique subsaharienne.

Mais, 60 % de la capacité hydroélectrique installée en Afrique a plus de 20 ans. Il est donc nécessaire de réhabiliter de nombreuses centrales hydroélectriques à travers l’Afrique. La Banque africaine de développement (BAD) dirige les efforts visant à moderniser douze centrales hydroélectriques avec un investissement d’un milliard de dollars.

L’accès au financement et les insuffisances des infrastructures entravent la poursuite des progrès sur un continent qui n’a pas accès à une énergie et à une eau propres, sûres et abordables.

« Avec l’arrivée massive d’énergie solaire sur les réseaux africains, il est impératif que le potentiel hydroélectrique de l’Afrique soit exploité afin de garantir qu’un approvisionnement électrique fiable soit équilibré et facilement disponible. Le développement de l’hydroélectricité en Afrique ne consiste pas seulement à produire de l’électricité ; il s’agit de responsabiliser les communautés, de stimuler la croissance économique et de tracer une voie durable vers un avenir énergétique propre », estime Eddie Rich, PDG de l’International Hydropower Association (IHA).

AFRIQUE

La société de véhicules électriques, Spiro, basée au Bénin a conclut en marge de l’Africa CEO Forum à Kigali un protocole d’accord pour une facilité de crédit de $50 millions avec la Banque Africaine d’Import-Export (Afreximbank). Les fonds seront utilisés pour étendre davantage le réseau de stations d’échange automatisées de Spiro et introduire de nouveaux modèles de vélos électriques, améliorant l’accessibilité et la commodité des solutions de mobilité verte.

Créée en 2022, Spiro propose des solutions de mobilités urbaines propres et durables. Présentes au départ au Bénin et au Togo, elle s’est développée en 2023 au Kenya, en Ouganda et au Rwanda. En août 2023, la société a bénéficié d’un cycle de financement par emprunt de $63 millions avec Société Générale, dans le cadre d’un accord visant à étendre la présence de la société au Bénin et au Togo.

GHANA

Le Ghana s’apprête à construire une centrale nucléaire avec l’objectif ajouter environ 1 000 mégawatts d’énergie nucléaire à son mix électrique d’ici 2034. Le Ghana sélectionnera d’ici décembre une entreprise pour construire sa première centrale nucléaire parmi des concurrents tels que le français EDF, les américains NuScale Power et Regnum Technology Group et la China National Nuclear Corporation, a déclaré à Reuters Robert Sogbadji, directeur adjoint de l’énergie en charge du nucléaire et des énergies alternatives au ministère de l’Energie. Le sud-coréen Kepco et sa filiale Korea Hydro Nuclear Power Corporation ainsi que le russe ROSATOM sont également en compétition pour le contrat qui devrait s’étendre sur la prochaine décennie.

NIGÉRIA

Le West Africa Container Terminal (WACT), situé dans le port d’Onne de la zone franche pétrolière et gazière d’Onne dans l’État de Rivers, se met au vert avec la signature d’un contrat avec Starsight Energy qui va lui fournir 1,2 gigawattheure d’électricité solaire chaque année sur une période de 15 ans. Cela permettra à WACT de faire passer 30 % de l’électricité des Terminaux des générateurs diesel à des sources renouvelables en 2024. Le projet consiste à installer un système uniquement solaire de 1 092 kWc en deux phases.

WACT a affiché l’objectif d’atteindre zéro émission nette d’ici 2040 et de réduire ses émissions de scope 1 et 2 de 65 % d’ici 2030 par rapport à 2022.

 

StarsightEnergy va également « verdir » l’entreprise de transformation du manioc Psaltry International Company avec la mise en place d’un système de stockage par batteries de 1,6 MWh et une installation solaire de 1,1 MW. Il devrait réduire les émissions de carbone jusqu’à 15 142 tonnes de CO2 pendant la durée du contrat. Soutenue par Alitheia Capital, Psaltry a pour objectif d’être alimentée par de l’énergie verte pour toutes ses opérations.

Autres Articles