12 juillet 2010 - 08:33 |

Le marché français du thé en pleine mutation

Les Français consomment 0,24 kg par personne et par an

(12/07/10)

Le marché français du thé serait aujourd’hui « mature et de grande qualité », selon le dernier numéro de La Nouvelle presse du thé. L’ouverture récente de belles enseignes à Paris comme « Dammann Frères » Place des Vosges en septembre 2008 et « Georges Cannon » au cœur du Quartier latin en avril 2009, deux grandes maisons d’importation et de vente en gros qui se rapprochent ainsi du consommateur, en seraient les témoins. La demande des clients français est de plus en plus pointue pour des thés de plus en plus rares, tandis que les touristes profitent de leur passage à Paris pour acheter des thés qui seraient introuvables chez eux.

De son côté, l’offre des pays producteurs s’élargit : l’accent est davantage mis sur l’importance de la traçabilité, des conditions de travail des employés dans les plantations et des exigences d’une agriculture durable mais aussi de l’intérêt d’une production plus sélective et plus spécifique, rattachée à des territoires définis.

Au cours des 25 dernières années la France a plus que triplé sa consommation, note la lettre d’information électronique. Mais elle demeure peu élevée avec notamment le café qui tient toujours le premier rôle au petit déjeuner. Son potentiel de développement est par conséquent considérable surtout si on compare les consommations moyennes de thé par habitant et par an dans divers pays importateurs :
. France : 0,24 kg, soit 15 000 t de consommation totale
. Allemagne : 0,28 kg, .soit 24 000 t
. Etats-Unis : 0,37 kg, .soit 93 000 t
. Royaume Uni : 2,11 kg, soit 137 000 t

Du coté des pays producteurs, la consommation par habitant est la suivante :
. Japon : 1,10 kg, pour 93 000 t de production totale
. Inde : 0,69 kg, pour 981 000 t
. Chine : 0,61 kg, pour 1 200 000 t

Les résultats d’une importante étude récente montrent que
. les femmes consomment plus de thé que les hommes qui boivent plus de café,
. le thé et les fruits contribuent à l’apport en polyphénols des populations au niveau socio-culturel élevé,
. cet apport est plus élevé dans les régions méditerranéennes que dans le nord du pays.

Les Français préfèreraient les thés parfumés qui représentent plus de la moitié de la consommation, allant du classique « Earl Gray » à la Bergamote aux thés de Noël et aux thés aromatisés aux fruits et aux agrumes. En parallèle, l’engouement serait croissant pour les thés rares d’origine pure.
Depuis quelques années, les thés verts sont de plus en plus consommés en France et attirent non seulement pour leur raffinement et la finesse de leurs arômes mais aussi pour tous les bienfaits que la médecine se propose de leur attribuer. Les professionnels situent le segment des thés fins d’origine et en feuilles à une part de marché allant de 5% à 8% du tonnage consommé.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +