02 juillet 2020 - 17:23 |

Huile de palme : face à des stocks bas, le Nigeria devra augmenter ses importations

La pandémie de la Covid 190 mais aussi le faible niveau des stocks du plus grand consommateur d’huile et de graisse en Afrique sub-saharienne, le Nigeria, devraient conduire à une hausse de ses importations d’huile de palme brute (CPO) au cours des prochains mois, selon une étude sur le marché nigérian que vient de publier le Malaysian Palm Oil Council (MPOC). La Malaisie, deuxième producteur mondial de CPO, compte bien en profiter, la décision de l’exonération de 100% des droits d'exportation sur la CPO du 1er juillet au 31 décembre 2020 donnant un avantage aux exportateurs malaisiens par rapport à ses concurrents.

"Malgré le paiement d'un droit d'importation de 35%, les importateurs nigérians ne sont pas découragés d'importer plus d'huile de palme de Malaisie et d'Indonésie car la demande est toujours là, et l'huile de palme importée est toujours moins chère que l'huile de palme produite localement", estime le MPOC. En effet, selon le rapport, le Nigeria, avec une population de 200 millions d’habitants, a besoin chaque année de 3 millions de tonnes (Mt) d’huile végétale, dont 2, 34 Mt de CPO, pour satisfaire sa demande locale. Or, la production d'huile de palme n’a été que 1,1 Mt en 2019 obligeant le pays à importer 1,23 Mt de CPO. Le Bénin et le Togo sont les premiers fournisseurs d’huile de palme du Nigeria - ces deux pays étatn des destinations de réexportation d’huile de palme vers Abuja - avec une part de marché de 32,5% et 20% respectivement en 2018 puis se placent la Malaisie à 20% et l’Indonésie à 11%.

Toutefois en 2019, afin de réduire sa dépendance vis-à-vis des importations d’huile de palme et d’augmenter la production locale, la Banque centrale du Nigeria a interdit aux importateurs de CPO d’accéder aux services de changes et les importations d’huile de palme brute et transformée ont été soumises à un droit d’importation de 35%. En outre, en parallèle le commerce transfrontalier a été interdit en 2019 avec ses voisins, le Bénin et le Togo.


Le MPOC observe que les stocks de CPO sont bas au Nigeria. Selon les données d’Oil World, les stocks à la fin mars s’établissaient à 100 000 tonnes, contre 295 000 tonnes en mars 2019. Et la tendance à la baisse se poursuivrait sur les mois suivants. La Malaisie n’a exporté que 113 000 tonnes de CPO de janvier à mai, soit 13,2% de moins que sur la même période qu’en 2019. "Dans l'état actuel, avec des stocks bas, une demande élevée et des prix de l'huile de palme très compétitifs, le Nigeria devrait importer plus d'huile de palme", affirme le MPOC

Sur les cinq dernières années, le Nigeria a importé en moyenne 1,310 Mt d’huile de palme dont 240 000 tonnes en moyenne par an en provenance de la Malaisie, soit une part de marché d’environ 18%. Le Nigeria a importé jusqu’à 384 000 tonnes de CPO en provenance de Malaisie en 2011.

Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +