02 décembre 2015 - 10:15 |

L’Autorité du Bassin du Niger présente son plan climat à la COP 21

Troisième plus grand  fleuve d’Afrique, long de 4 200 km et dont le bassin est partagé par neuf pays, est une source de vie pour une grande partie de la région sahélienne. Agriculture, pêche, élevage mais aussi énergie, transport dépendent de l’eau du  fleuve. Mais les aménagements hydroélectriques et hydroagricoles en cours et à venir,  ainsi que le changement climatique,  le menace. Aujourd’hui au Bourget, dans le Pavillon africain de la COP 21, sera présenté aux partenaires financiers le Plan d’investissement climat de l’Autorité du Bassin du Niger (ABN). Son ambassadrice Cissé Mariam Kaîdama Sidibé, ancien Premier ministre du Mali, défendra le plan qui s’articule autour de  246 actions prioritaires  pour renforcer la résilience climatique dans le bassin du fleuve. Le besoin de financement  est de $3,11 milliards sur dix ans. 

« Il y a une dette écologique que le monde doit régler à l’égard du continent africain» avait déclaré hier lors du mini-Sommet sur l’Afrique le président François Hollande rappelant que l’Afrique n’était responsable que de moins de 4% des émissions mondiales des gaz à effet de serre mais subissait  de plein fouet les effets du réchauffement climatique. Le Lac Tchad, la Grande Muraille Verte, l’accès aux énergies renouvelables et le fleuve Niger ont été les thèmes abordés.

 

 

Pays: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +