La Chronique Matières du Jeudi (1er septembre 2016)

 La Chronique Matières du Jeudi (1er septembre 2016)
Partager vers

Le dollar termine la semaine en baisse face aux autres devises, entraînant, mécaniquement, à la hausse nombre de matières premières qui s'échangent avec le billet vert. A noter que lundi, les marchés étaient fermés à Londres.

CACAO

Le cacao a terminé le mois d'août en baisse sur les marchés à terme mondiaux, face à l'amélioration des perspectives de production en Côte d'Ivoire pour la prochaine campagne 2016/17 qui va démarrer le 1er octobre. Sur l'échéance décembre, la tonne a terminé à £ 2 308 à Londres mercredi soir, après avoir touché son plus bas depuis le 3 août à £ 2 287, en nette baisse par rapport aux £ 2 372 atteint à la clôture vendredi dernier.  A New York, le cacao a terminé à $ 2 898 contre $ 3 015 la tonne en fin de semaine dernière.

En effet, ces derniers jours, des pluies sont tombées au bon moment et aux bons endroits chez le n°1 mondial du cacao, la Côte d'Ivoire, ce qui a pesé sur les cours internationaux car la prochaine récolte s'annonce sous de bons auspices. La récolte 2015/16, quant à elle, tire à sa fin et on s'achemine vers des volumes en baisse : depuis le début de la campagne 2015/16, le 1er octobre dernier, et le 28 août, les arrivages aux ports ivoiriens ont totalisé 1 453 000 t, estiment les exportateurs, contre 1 710 000 t sur la même période la campagne dernière.

La nouvelle révision à la hausse des prévisions de déficit mondial cacaoyer, à 212 000 t sur 2015/16, par l'Organisation internationale du cacao (ICCO) n'a, en réalité, guère impacté le marché qui avait déjà intégré ce facteur. Lors des dernières prévisions de l'ICCO, le déficit avait été estimé à 180 000 t. A noter que l'organisation a légèrement révisé à la baisse ses estimations d'excédent sur la campagne 2014/15, à 42 000 t contre le chiffre de 46 000 t avancé précédemment.

Comme l'année dernière, la province de Lampung en Indonésie n'a pas exporté de cacao au mois d'août alors qu'elle en avait recensé 101,6 tonnes (t) en juillet. Rappelons que l'Indonésie devrait enregistrer en 2016 une récolte proche des volumes de la campagne 2015 qui avait été historiquement basse, en raison cette année du phénomène météorologique La Niña.

Côté entreprise, le géant Mondelez a annoncé lundi jeter l'éponge dans la reprise de Hershey après que sa demande de rachat pour $ 23 milliards ait été rejetée. Rappelons que fin juin, Hershey avait rejeté l'offre de reprise de $ 107 par action, offre que Mondelez avait ensuite gonflé à $ 115 l'action dans le cadre d'une deuxième tentative. L'annonce de la fin des négociations de reprise a fait chuter de 12% l'action de Mondelez  lundi sur le marché financer de New York. L'action de Mondelez avait grimpé de 25% depuis le début de l'année, le plus gros de la hausse ayant fait suite à l'annonce par Mondelez des tentatives de reprise de Hershey.

CAFÉ
Les récentes pluies au Brésil inquiètent quelque peu le marché qui a clôturé mercredi soir en légère hausse, à $ 1,4705 la livre. Ceci dit, sur l'ensemble du mois d'août, le prix de l'Arabica a enregistré sa première baisse en quatre mois. La tonne de Robusta, quant à lui, a terminé à $ 1 828. Vendredi dernier, ils avaient terminé respectivement à $ 1,4485 la livre d'Arabica et à $ 1 819 la tonne de Robusta.

En Asie, les stocks de café Robusta en Indonésie sont conséquents en cette fin de récolte, avec des niveaux de prime par rapport au prix du marché à terme de Londres inchangés par rapport à la semaine précédente, à +$ 10-30 la tonne. Au Vietnam, les mêmes qualités se sont échangées à $ 10-30 en dessous de Londres. A de tels niveaux de prix, les producteurs rechignent à vendre, obligeant les exportateurs à puiser dans leurs stocks qui sont, par ailleurs, bien fournis.

Aux ventes aux enchères hebdomadaires au Kenya, qui se sont tenues mercredi, les prix les plus élevés ont été supérieurs à ceux de la semaine dernière, la fourchette de prix étant plus large. Le Grade AA s'est vendu entre $ 70 et 299 le sac de 50 kg contre $ 99 et $ 278 la semaine précédente. Le Grade AB a également enregistré des minima plus faibles que la semaine précédente, à $ 57 contre $ 100 la semaine dernière, grimpant à $ 261 mercredi contre $ 259 aux dernières ventes.

Côté volumes, le Vietnam a exporté 140 000 t (2,33 Ms) en août, selon les chiffres gouvernementaux, enregistrant ainsi un bond de 51,2% par rapport au mois d'août 2015. Un volume auquel le marché ne s'attendait pas ! On estime à ce que 100 000 et 110 000 t (1,76 à 1,83 Ms) soient exportées en ce mois de  septembre qui clôture la campagne, ce qui porterait les volumes totaux exportés sur la campagne  2015/16 à un record de 1,71 Mt, en hausse de 33 % par rapport à la précédente campagne.

Selon l'Organisation internationale du café (OIC), les exportations mondiales ont chuté de 22% en juillet par rapport à juillet 2015, à 7,75 millions de sacs de 60 kg (Ms). Les exportations d'Arabica ont baissé de 19,2%, à 4,78 Ms et el Robusta de 26,2%, à 2,06 Ms.

Sur les 10 premiers mois de la campagne 2015/16, qui a démarré le 1er octobre, les exportations mondiales sont en léger retrait, de l'ordre de 1,7%, à 93,28 Ms, par rapport à la même période en 2014/15. Si les exportations cumulées d'Arabica ont légèrement augmenté, de l'ordre de 2,6% à 59,25 Ms, les exportations cumulées de Robusta ont baissé de 8,2%, à 34,02 Ms.

Dans une note, la Commerzbank a souligné que la récolte 2016/17 d'Arabica au Brésil avait été étonnamment positive mais que les niveaux de prix avaient été maintenus car on s'inquiétait de la prochaine campagne 2017/18.

CAOUTCHOUC

Semaine en dents de scie pour le caoutchouc dont le cours a évolué en fonction des prix du pétrole et de la parité du dollar. Après avoir mis fin à quatre jours de baisse vendredi en progressant de 1,1 yens à 150,6 yens ($1,50) le kilo pour le contrat de février,  les cours du caoutchouc ont continué sur leur lancée lundi (154,5 yens)  avec la faiblesse du yen face au dollar pour ensuite accuser deux séances de pertes consécutives à la baisse du pétrole pour clôturer à 152 yens le kilo. Une baisse toutefois limitée par la faiblesse du yen face au dollar.  La fermeté des cours du pétrole ont donnée jeudi une impulsion à la hausse pour le caoutchouc.

Depuis la fin mai, les cours du caoutchouc sur le Tocom sont coincés dans une fourchette comprise en 145 et 165 yens le kilo avec en toile de fond des inquiétudes persistantes sur une offre excédentaire.

La Chine  a importé 293 700 tonnes de caoutchouc naturel en juin 2016, en baisse de 12,4 % par rapport à mai 2016 et de 30,2% sur l’année.  Cela représente la troisième baisse mensuelle consécutive du volume des importations depuis avril. Le prix ​​moyen à l'importation était de $1 444,2 la  tonne, en hausse de 2,3 % par rapport à mai 2016.

COTON

Les contrats à terme du coton ont chuté pour une troisième séance consécutive mercredi à leur niveau le plus bas depuis le début du mois de juillet, les investisseurs liquidant leur position dans un contexte d’un dollar fort et des pluies qui favorisent la culture du coton aux Etats-Unis. Le contrat de décembre a clôturé à 65,38 cents la livre.

Dans son rapport mensuel, Rabobank est haussier pour le coton à long terme même si elle a réduit ses prévisions de prix jusqu’à 5 cents la livre à une moyenne de 68 cents la livre sur la période d’octobre à décembre. Pour le 1er trimestre 2017, elle table sur 69 cents la livre. Rabobank  a relevé ses perspectives de récolte en Inde et dans l’ouest du Texas et pointe la pression exercée par les ventes aux enchères des stocks chinois. Une pression à la baisse à court terme mais qui devrait être plus constructive à long terme en diminuant les stocks : « Les fondamentaux continuent de mettre en évidence une baisse de 10%  des stocks en 2016/17  à 89 millions de balles », ce qui représente moins  de 80% de la consommation annuelle. Un tel ratio était en vigueur pour la campagne 2011/12 où les prix du coton ont été en moyenne de 90 cents la livre.

Le département américain de l’Agriculture (USDA) a revu la baisse ses prévisions de production de coton en Chine à 4,6 millions de tonnes (Mt) en 2016/17 compte tenu de la baisse des superficies et en dépit d’une hausse anticipée des rendements dans le Xinjiang. La consommation est prévue en hausse à 7,65 Mt principalement en raison du déclin des importations de fil. Les importations demeureront faibles à 980 000 tonnes, le coton de la réserve chinoise alimentant la demande domestique du secteur textile.

Évolution des importations chinoises de coton 

Selon le site de l’industrie chinoise du coton, cncotton.com, la Chine compte mettre aux enchères 2,5 Mt de coton de sa réserve d’ici la fin du mois de septembre. Au 29 août, la Chine a cédé 2 Mt de coton, dont 1,7 Mt  de coton chinois et 300 000 tonnes de coton importé.

 

HUILE DE PALME

Les cours de l’huile de palme ont chuté jeudi à l’ouverture touchant leur plus bas niveau depuis trois semaines, emmenés par la faible performance de son concurrent l’huile de soja. Et pourtant, les exportations d’huile de palme de Malaisie ont bondi de 27,3% à 1, 621 million de tonnes (Mt) en août, selon Intertek Testing Services, avec une reprise de la demande tant en Inde qu’en Chine qui ont reconstitué leur stocks en prévision de Diwali en Inde et de la Fête de la mi- automne en Chine.

Dans son rapport mensuel, Rabobank a relevé de 150 ringgits la tonne ses prévisions de prix pour l’huile de palme pour le troisième trimestre 2016, compte tenu de la forte hausse en août consécutive à un triplement des importations en Inde et tandis que celles de la Chine ont progressé de 17% et celle de l’UE de 15%. Avec une offre inférieure à la demande, les stocks se sont resserrés ce qui a soutenu les prix. Toutefois Rabobank souligne une reprise de la production en Malaisie, estimée à 13% au mois d’août, les effets défavorables d’El Nino se dissipant tandis que la demande pourrait diminuer en particulier en Inde, le niveau des stocks en Chine demeurant assez bas. En outre, l’écart de prix entre l’huile de palme et son concurrent l’huile de soja a considérablement diminué depuis la mi-juillet passant de $95 la tonne à seulement $30 la tonne.  Sur le long terme le différentiel est compris entre $125 et $135 la tonne. « Si l'huile de palme veut maintenir sa part de marché face à l’huile de soja, elle doit à nouveau accroître le différentiel   pour attirer et encourager les acheteurs » indique Rabobank. 

Côté entreprise, la suspension de la certification d'IOI Loders Croklaan a été levée depuis le 8 août dernier par la Rountable on Sustainable Palm Oil (RSPO).

RIZ

Évolution contrastée des prix du riz asiatique cette semaine avec un rebond des prix du riz thaïlandais à partir d’un plus bas de six mois tandis que  les prix au Vietnam se sont abaissés à un plus bas de 11 mois.

La Thaïlande et le Vietnam ont remporté l’appel d’offres pour fournir un total de 250 000 tonnes de riz aux Philippines. L'appel d'offres fait partie du plan du gouvernement d'importer jusqu'à 1 million de tonnes de riz pour assurer l'approvisionnement de l'aliment de base l'an prochain tandis que les prix sont bas.  La Thaïlande fournira 100 000 tonnes de 25% à $424,85  la tonne, alors que le Vietnam va exporter les 150 000 tonnes restantes au même prix, selon les responsables de l'Autorité nationale des aliments des Philippines (NFA). La livraison des premières 100 000 tonnes est attendue au plus tard le 30 septembre et les 150 000 tonnes restantes au plus tard le 31 octobre.

En dépit de l’appel d’offres, le Viet 5% a chuté cette semaine à $ 345- $ 360 la tonne. Mais le Viet 25% a progressé à $ 330- $ 345 la tonne contre $ 338- $ 340 la tonne mercredi dernier.

Le Vietnam  a exporté environ 3,37 millions de tonnes de riz de  janvier  à août, en baisse  16,6 % par rapport à la même période il y a un an, selon une déclaration vendredi du  ministère de l'Agriculture. Quant aux recettes d’exportation, elles s’élèveraient à $1,5 milliard, en recul de 13%.

SUCRE

Le sucre roux est repassé en dessous de la barre psychologique des 20 cents la livre sur le marché à terme de New York durant la session hier, pour terminer légèrement au dessus à la clôture mercredi, à 20,06 cents la livre sur l'échéance octobre. Vendredi dernier, le sucre roux avait clôturé à 20,61 cents. et le sucre blanc sur le marché de Londres, à $ 540,20. Ce seuil psychologique des 20 cents à New York auquel le marché semble vouloir s'accrocher car la demande pour du physique est faible face à des approvisionnements plutôt conséquents sur le court terme.

A noter que mardi, le prix du sucre roux avait baissé pour la première fois en 4 séances car la récolte au Brésil bat son plein, à un rythme soutenu. Certes, sur la première moitié du mois d'août, la région principale de production, le Centre-Sud, a broyé 44,8 millions de tonnes (Mt) de canne contre 47,8 Mt sur la même période l'année dernière. Mais le rendement en sucre serait élevé et l'industrie aurait décidé de produire davantage de sucre que d'éthanol à partir de la canne.

L'Organisation internationale du sucre (OIS) estime le déficit sucrier à 7,05 Mt pour la campagne à venir 2016/17 après celui de 5,74 Mt en 2015/16. "L'économie sucrière mondiale fait face à une deuxième campagne déficitaire, avec un écart encore plus grand entre la production et la consommation", selon son rapport trimestriel.

Selon Rabobank, le déficit de l'Asie en sucre en 2015/16 sera de l'ordre de 2 Mt, son premier déficit en 5 ans. Et sa production devrait encore considérablement baisser en 2016/17 en raison de l'impact persistant du phénomène météorologique qui a fortement affecté l'Asie, notamment en 2015. L'Inde devrait enregistrer une chute de production de 3,7 Mt suites aux sécheresses successives en 2014/15 et 2015/16. New Delhi deviendrait importateur net en 2016/17. A noter que la hausse de production asiatique est largement due à l'accélération de la consommation de boissons gazeuses.

En revanche, l'année prochaine, le Brésil et l'Union européenne enregistreraient de meilleures récoltes.

Le Mexique a annoncé mardi limiter à 870 688,9 t les exportations de sucre vers les Etats-Unis entre le 1er octobre 2016 et le 30 septembre 2017, suite aux nouveaux accords sucriers signés entre les deux pays en 2014.

Autres Articles

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *