22 novembre 2021 - 12:12 |

Les flux de la diaspora vers l'Afrique augmenteraient de 6,2% en 2021

A travers le monde, les envois de fonds vers les pays à revenu faible et intermédiaire devraient connaître une forte augmentation de l’ordre de 7,3 % et s’élever à $ 589 milliards en 2021, indique aujourd’hui la Banque mondiale. Rappelons que ces flux impactent beauucoup le monde rural et donc agricole.

D'ores et déjà, la Banque mondiale indique que sur 2021 ces flux vers l’Afrique sub-saharienne "ont repris de la vigueur", Pprogressant de 6,2% pour atteindre $ 45 milliards. Le rebond est modéré au Nigeria, premier bénéficiaire de la région, et la Banque mondiale l’explique en partie par l’influence croissante des politiques destinées à canaliser les transferts d’argent par l’intermédiaire du système bancaire. En Afrique sub-saharienne, c’est la Gambie qui affiche la plus forte croissance de ces flux, à +33,8 %. Rappelons que les migrations interafricaines représentent plus de 70 % des mouvements transfrontaliers du continent.

Envois de fonds vers l'Afrique de l'Ouest

US$ million
20172018201920202021ePart de l'envoi d'argent dans le PIB en 2021 (%)
Bénin1961992172062041,1
Burkina Faso4174564674654722,4
Cote d'Ivoire3083323283243380,5
Gambie22820427541668933,8
Ghana3 5363 5214 0544 2924 5076
Guinée452815823230,1
Guinée-Bissau1051281511231257,9
Liberia40346034633333810
Mali8831 0221 0229879735
Niger2642973093003122
Nigeria22 03724 31123 80917 20817 6383,7
Sénégal2 1492 4282 5222 5622 6269,5
Sierra Leone48625359601,4
Togo4044515084414585,4
Source: World Bank

Pour la deuxième année consécutive, les transferts d’argent vers les pays à revenu faible et intermédiaire (hors Chine) devraient excéder la somme des investissements directs étrangers (IDE) et de l’aide publique au développement (APD).

Au niveau mondial, ce rebond, toutes destinations confondues, est supérieur aux prévisions antérieures. Il confirme la robustesse des flux déjà observée en 2020, quand les remises migratoires n’ont baissé que de 1,7 % en dépit de la grave récession mondiale provoquée par pandémie de la Covid-19, indique le communiqué.

Selon la base de données de la Banque mondiale sur les coûts des transferts dans le monde, le tarif pour l’envoi de $ 200 dollars entre pays reste élevé et représente en moyenne 6,4 % des flux du premier trimestre 2021. Ce chiffre est plus de deux fois supérieur à l’objectif de 3 % à l’horizon 2030 fixé par les Objectifs de développement durable. C’est en Afrique subsaharienne qu’il est le plus coûteux, représentant en moyenne 8 % de la somme envoyée au premier trimestre de 2021 contre 8,9 % un an plus tôt. Ces frais élevés s’expliqueraient par les faibles quantités de flux formels et l’utilisation des taux de change du marché noir. A titre de comparaison, l’Asie du Sud, où le tarif est le plus bas, est à 4,6 %.

Quant à 2022, la Banque mondiale estime que ces envois d’argent devraient encore augmenter de 2,6 % en moyenne mondiale et donc avoisiner les 10%. Cette hausse des volumes de flux vers l’Afrique sub-saharienne serait de 5,5 %, estime encore la Banque,

Une résurgence des cas de Covid-19 et le retour de restrictions à la mobilité sont les plus grands risques à ces transferts de fonds. L’arrêt des programmes de relance budgétaire et de soutien à l’emploi, au fur et à mesure du redressement des économies, pourrait également freiner les envois de fonds.

Pays: 
Matières premières: 
Non
Énergies renouvelables: 
Non

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +