05 octobre 2021 - 16:23 |

Logistique mondiale, le géant Maersk anticipe un quatrième trimestre 2021 difficile

Alors que la demande mondiale de conteneurs va demeurer élevée, la congestion des ports  et les goulets d’étranglement de la chaîne d’approvisionnement vont persister jusqu’à la fin de l’année maintenant des taux de fret élevés, anticipe le premier opérateur mondial de fret maritime, l’armateur danois A.P. Moller – Maersk, dans une mise à jour du marché.

La croissance de la demande mondiale de conteneurs devrait se situer entre 6 % et 8 % en 2021, reflétant le solide premier semestre ainsi que la vigueur persistante de la demande aux États-Unis et en partie en Europe. L’armateur observe que les niveaux de stocks en Europe et aux Etats-Unis demeurent à leurs niveaux les plus bas jamais enregistrés ce qui maintiendra des volumes élevés de fret pour les reconstituer. En outre,  la Golden Week en octobre en Chine, Noël puis le Nouvel an chinois vont renforcer la demande de transport de conteneur au dernier trimestre 2021. Tandis que les usines au Vietnam vont réouvrir en octobre avec la levée des restrictions.

Si la croissance de la demande de conteneurs a dépassé la croissance de l'offre au second semestre 2020 et au premier semestre 2021, A.P. Moller – Maersk estime que les congestions dans les ports et les goulots d'étranglement de la chaîne d'approvisionnement ont été les véritables moteurs des taux de fret élevés.

Congestion des ports

Le temps d’attente des navires dans les ports a augmenté. Par exemple, aux Etats-Unis dans les ports de Los Angeles et de Long Beach plus de 70 navires sont en attente au mouillage ; dans le port de Savannah ce sont plus de 30 navires avec un temps d’attente de plus de 7 jours ou encore dans celui de Seattle les temps d'attente sont passés à 11/12 jours et le séjour typique au port est passé de 3 jours à environ une semaine. En  Europe, que cela soit en Grande-Bretagne ou dans une moindre mesure à Rotterdam, ce sont les pénuries de camionnage qui entrainent une forte densité de triage dans les ports. Ainsi, les conteneurs restent en transit plus longtemps, ce qui réduit le nombre effectif de conteneurs en circulation active. De plus, les conteneurs restant plus longtemps en Amérique du Nord et en Europe, la gravité des pénuries de conteneurs augmente en Asie.

Dans la région Asie-Pacifique, les ports continuent d'être gravement encombrés. Avec le problème persistant de la densité élevée des chantiers et les perturbations météorologiques depuis juillet (3 typhons et 6 tempêtes tropicales), des défis opérationnels subsistent dans les opérations portuaires et la situation ne devrait pas s'améliorer dans un avenir immédiat, estime A.P. Moller – Maersk.

En outre, la Covid-19 a entraîné des fermetures qui ont retardé les navires en provenance d'Asie. La capacité d'entreposage a également été réduite en raison de la congestion portuaire et terrestre, tandis que le retour des conteneurs vides en Asie reste un défi. « Maersk a pris de nombreuses mesures pour rediriger les flux vers l'Asie afin de garantir l'approvisionnement en équipements. Malgré cela, les délais de rotation des équipements continuent d'augmenter en raison des retards terrestres et maritimes », explique Maersk. Si l’opérateur de fret maritime a triplé le nombre de conteneurs de fret sec dans sa flotte au cours des derniers mois pour répondre aux besoins d'exportation des clients, il estime "Cependant, la flotte de nouveaux conteneurs à elle seule n'est plus suffisante pour répondre à la demande globale, il reste donc extrêmement important que les conteneurs d'importation soient retournés le plus rapidement possible".

Le fret aérien boosté

Le fret aérien sera aussi sous tension. A.P. Moller – Maersk estime que le quatrième trimestre 2021 devrait être "l'un des pics les plus forts que l'industrie ait connu avec une demande dépassant les niveaux de 2019" alors même que la capacité n’a pas encore retrouvé les niveaux d’avant la Covid.  La demande augmentera sous l’effet du lancement de nouveaux produits techniques et du textile mais aussi du fait de la perturbation continue du fret maritime. "Les niveaux de taux, déjà à des niveaux record, devraient encore augmenter au quatrième trimestre. La plupart des grandes voies commerciales telles que la transpacifique, l'Asie-Europe et la transatlantique seront impactées", indique-t-il. Par exemple, les principaux aéroports du Japon, dont Tokyo Narita et Osaka Kansai, ont enregistré de forts volumes de fret aérien au cours des deux derniers mois en raison de la perturbation des expéditions maritimes, le Kansai affichant une augmentation de 20,2 % du fret aérien en août par rapport à l'année précédente.

 

Secteurs: 
Matières premières: 
Non
Énergies renouvelables: 
Non

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +