06 avril 2020 - 17:46 |

Le Mali appelle sa diaspora à développer la gomme arabique

Le gouvernement malien entend attirer sa diaspora dans sa filière gomme arabique. « Le gouvernement crée les conditions pour encourager les Maliens de la diaspora à revenir investir dans les filières agricoles très prometteuses comme la gomme arabique. Actuellement, nous mettons plus de 100 000 hectares à la disposition de la diaspora », avait souligné le ministre de l’Agriculture, Moulaye Ahmed Boubacar, lors de sa venue au Salon international de l'agriculture (SIA) à Paris fin février.

Il a également précisé que non seulement 15 % du budget national était alloué à l’agriculture, ce qui dégageait des moyens pour développer la filière, mais qu'il y avait aussi des mesures spécifiques comme l’accompagnement à l’export, l’octroi de terres, la construction d’entrepôts en zones gommifères et la création de fonds de garantie, rapporte SciDev.net.

L'intérête est double : économique et écologique. Cette culture pourrait permettre aux populations dans le nord du pays de développer l'agriculture, mais aussi l'acacia «permet de lutter contre la désertification en maintenant les sols. Ses feuilles rendent les sols plus azotés et les cultures intercalaires comme le haricot ou le petit mil ne génèrent pas de compétition nutritionnelle avec cet arbre », précise Djibril Sidibé, chargé de la gomme arabique au ministère malien du Commerce et interrogé par notre confrère scientifique.

La production au Mali a été multipliée par quatre depuis 2013 mais ne représente que 13% du marché mondial, avec des exportations de 9000 t en 2019, le Soudan et le Tchad se taillant la part du lion. L'Afrique sahélienne représente 95% de l'offre mondiale de gomme arabique.

Pays: 
Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +