15 mai 2019 - 08:37 |

A Lomé, 300 chercheurs mondiaux planchent sur les défis de l'aviculture

Hier s'est ouverte à Lomé la première Conférence avicole panafricaine (CAP), rassemblant 300 chercheurs venus d’une quinzaine de pays, dont l'Afrique du Sud, la Belgique, le Bénin, le Burkina Faso, la Chine, la Côte d’Ivoire, l'Erythrée, le Ghana, la France, le Lesotho, le Nigeria, les Pays-Bas, le Sénégal, et la Turquie. Elle est organisée par le Centre d’excellence régional sur les sciences aviaires (Cersa) et la branche togolaise de l’Association mondiale des sciences avicoles (en anglais WPSA).

Cinq thématiques sont abordées : environnement et systèmes de productions avicoles ; alimentation, nutrition et métabolisme ; reproduction et incubation ; qualité des produits, transformation et sécurité sanitaire ; économie de la production, souligne le communiqué.

"La consommation de viande de poulet augmente en Afrique sub-saharienne de 99% alors que la production animale n'évolue que de 56%", a souligné le ministre togolais de l'Agriculture Noël Koutera Bataka. " Les importatiosn ont progressé de 209% et sont dues à l'augmentation de la demande pour la viande de poulet liée à la croissance de la classe moyenne."

D'où la nécessité, soulignée par la représentante de la Banque mondiale au Togo, Hawa C. Wague, d'accroître la production de protéines animales et d'en améliorer leur accessibilité notamment auprès des populations les plus pauvres.

Rappelons que le Cersa, centre d’excellence de l’Université de Lomé créé en 2014 et financé, entre autres, par la Banque mondiale,  a pour objectifs de former des étudiants de niveau Master et Doctorat venant de différentes nationalités mais aussi de renforcer les capacités des professionnels de la filière avicole en formations de courte durée.

Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +