15 novembre 2018 - 18:20 |

Le Nigeria mise sur le PPP pour favoriser la mécanisation

Le ministre de l'Agriculture et du développement rural, Audu Ogbeh, a admis mardi l'incapacité du gouvernement fédéral à gérer les outils agricoles, en particulier les tracteurs, en raison du manque de la culture de la maintenance et d'expérience des opérateurs.

Une déclaration faite lors de la signature d’un Memorandum of Understanding (MoU) entre la Nigerian Agricultural Mechanisation and Equipment Leasing Company (NAMEL), la Tractors Owners Association of Nigeria (TOOAN) et la Tractors Owners and Hiring Facilities Association of Nigeria (TOHFAN).

Soulignant que les tracteurs, alors qu’ils avaient une durée de vie de 15 ans, ne duraient pas plus de 2 ans et demi au Nigeria, Audu Ogbeh fait donc appel aux privés, TOOAN, NAMEL et TOHFAN, pour acheter des tracteurs et les louer à un tarif abordable aux agriculteurs.

Secteurs: 

Commentaires

La situation actuelle du Nigeria me rappelle celle du Togo pour laquelle j'ai écrit un article dans Le Monde Diplomatique de juillet 1979 : "Un exemple de contre-réforme agraire au Togo" (article repris dans le livre "Les sillons de la faim" co-écrit avec François de Ravignan et paru aux éditions L'harmattan en 1980) où 400 tracteurs ont débarqué à Lomé du jour au lendemain début janvier 1977 alors qu'il n'y en avait que 35 dans le pays : quelques tracteurs à chenilles pour la riziculture irriguée au nord du pays, ou dans quelques grandes exploitations du Président et de ministres, ou pour tracter les ordures ménagères de Lomé. Après 2 ans et demi la quasi totalité des 400 tracteurs étaient hors service. D'après la Banque moniale il n'y avait en 2008 que 126 tracteurs au Togo et 19 400 au Nigéria en 2000 mais cela ne dit tien sur leur emploi seulement dans l'agriculture : http://databank.worldbank.org/data/reports.aspx?source=2&series=AG.AGR.TRAC.NO

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +