24 août 2020 - 17:35 |

Le coup d'Etat au Mali impacte son commerce agricole et alimentaire déjà malmené

Six jours après le coup d'Etat militaire au Mali qui a renversé le président Ibrahim Boubacar Keïta, dit IBK, la junte a fait part hier soir d'avancées significatives au deuxième jour de discussions avec les représentations de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'ouest (Cedeao), notamment sur le calendrier de retour à un pouvoir civil d'ici trois ans. D'ailleurs, aujourd'hui, la Banque centrale des Etatsd'Afrique de l'Ouest (BCEAO) a rouvert ses bureaux à Bamako.

Si la Cedeao a officiellement désapprouvé le putsch, force est de constater que la situation économique du Mali, déjà un des pays les plus pauvres d'Afrique, s'est considérablement dégradée ces dernières années et que le coup d'Etat, désapprouvé par la communauté internationale, n'a suscité aucune opposition notable à Bamako.

Une crise politique qui impacte considérablement les transactions économiques et commerciales régionales car les frontières demeurent à ce jour fermées, même si, côté malien, la junte a ordonné jeudi leur réouverture. Les Etats membres de la Cedeao ne sont pas encore revenus sur leur décision de suspendre toute coopération économique, commerciale et financière avec le Mali dont la junte, à son tour, a annoncé suspendre toutes exportations de marchandises dont le bétail. Ceci dit, le président sénégalais, Macky Sall, a demandé à ce que les produits alimentaires de première nécessité, les carburants, les médicaments et l'électricité soient exclus des sanctions. Des considérations humanitaires mais aussi économiques fondent cette demande : la moitié des exportations sénégalaises vers l'Uemoa sont à destination du Mali. Rappelons que 90% des biens manufacturés consommés au Mali arrivent par les ports d'Abidjan, de Dakar, de Cotonou et de Conakry.

Chute des exportations agricoles maliennes début 2020

Quelle était la situation du commerce international agricole et alimentaire au Mali avant la crise, soit au premier trimestre 2020, derniers chiffres publiés par l'Institut national de la statistique (Instat) ? On notait déjà une chute de 28,58% de la valeur des produits agricoles exportés et de 14,38% des produits agricoles importés. Ainsi, au premier trimestre 2020, la part des produits agricoles dans le total des exportations de marchandises maliennes n'était que de 4,1% contre 19,93% au premier trimestre 2019 mais leur part dans ses importations est passée de 11,93% à 14,49%.

Les exportations trimestrielles maliennes de matières premières et de produits alimentaires sont passées de FCFA 103 403 millions au premier trimestre 2019 à FCFA 27 684 millions au dernier trimestre 2019 puis à FCFA 19 771 millions début 2020. Les plus fortes baisses ont été enregistrées dans les produits laitiers, les sucres, les animaux vivants, les viandes tandis que les achats de boissons, de produits alimentaires, de caoutchouc brut, de graisses et huiles augmentaient fortement.

Par effet de balancier, parmi les importations de matières premières et produits alimentaires, les plus fortes progressions ont été relevées dans le sucre, les céréales et les oléagineux.

Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +