07 février 2019 - 11:20 |

Rapprochement de la Sierra Leone et de la Chine autour de la pêche

2019 sera sans doute une année pas comme les autres pour la Sierra Leone et la Chine. En effet, l'accord de coopération économique et technique signé le 1er janvier, à Freetown, pourrait ouvrir une nouvelle page dans la coopération bilatérale.

L'accord prévoit, notamment, la construction d’un port de pêche et d’infrastructures financés par Pékin ($ 29,8 millions), une coopération accrue dans le cadre du suivi, du contrôle et de la surveillance de la pêche, des stocks et des données.  

"La Chine est prête à renforcer sa coopération avec le Sierra Léone dans les domaines de la construction des ports de pêche, des enquêtes pour évaluer les stocks de poisson, du développement de l’aquaculture, etc.", a souligné l’ambassadeur chinois Wu Peng, ajoutant : "La pêche, telle qu’elle est pratiquée actuellement, n’est que la première phase et on s’attend à ce que les mesures soient respectées dans l’année à venir". Rappelons qu'en juin 2018 s'est tenue la première réunion du Comité conjoint de la pêche Sierra Leone-Chine.

Pour sa part, le ministre sierra-léonais des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Alie Kabba, a fait remarquer que cette signature de l'accord "doit démontrer un nouveau degré d'amitié entre nos deux pays".

Car les relations bilatérales en 2018 ont été, quelque peu, confuses. Rappelons que les dix années au pouvoir de l’ancien président Ernest Bai Koroma avait permis à la Chine de s’insérer dans le paysage sierra-Léonais, jusqu’aux élections présidentielle l’année dernière remportées par son opposant Julius Maada Bio qui caractérisait Pékin comme "n’apportant aucun bénéfice à l’économie du pays ou à ses habitants".

Un froid accentué en octobre dernier lorsque le nouveau président annulait le projet chinois de construire un nouvel aéroport au Sierra Leone ; d'un coût de $ 400 millions, la Banque mondiale et le FMI avaient mis en garde Freetown contre le risque d'endettement trop élevé à l'égard de Pékin. A ceci s'est ajouté, en novembre dernier, le cas de l'entreprise chinoise de pêche, Huang Fishing, qui était sorti en mer sans moniteur de pêche. Une infraction à la législation qui avait entrainé les excuses publiques de son dirigeant, Ho.

Ainsi, par cet accord de coopération en début d'année, la Chine et le Sierra Leone semblent avoir enfin trouvé un nouveau terrain d’entente.

Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +