10 décembre 2020 - 12:08 |

La révolution statistique de la Cnuced lui permet de chiffrer à -5,6% le commerce en 2020

On a vu pire et on s’en est remis ! La valeur du commerce mondial des marchandises devrait en définitive baisser de 5,6% en 2020, ce qui est mieux que la baisse de 9% qu’avait estimée l’organisme des Nations Unies précédemment, et infiniment mieux par rapport au plongeon de 22% de ces échanges lors de la crise financière mondiale de 2009, a rappelé hier la Cnuced à l’occasion de la parution de son Manuel 2020 des statistiques.

Au-delà des chiffres, la Cnuced opère une véritable révolution en termes de publications de statistiques en recourant aux "nowcasts" pour décrire la situation de l’économie mondiale pour 2020. Les nowcasts sont des prévisions fondées sur des données non encore disponibles mais estimées pour un avenir à très court terme. « En lien direct avec la pandémie de coronavirus, on enregistre une demande accrue de données actualisées sur les impacts économiques de celle-ci, avec de nouveaux besoins en termes de modélisation statistique », souligne l’organisation.

Une actualisation qui permet à la Cnuced d’estimer d’ores et déjà qu’au troisième trimestre 2020, les exportations mondiales de marchandises ont chuté de 11,9% par rapport à la même période en 2019. Sur l'ensemble de 2020, la chute du commerce des services serait de 15,4 %, sa plus forte baisse depuis 1990. En 2009, la chute avait été de 9,5 %.

Sur 2019, les exportations mondiales ont totalisé $ 18,9 trillions, la part des échanges sud-sud étant de 28% et la part des PMA de 1,01%. A noter que l'enemble du commerce mondial de marchandises a baissé de 2,8% en 2019.

La Cnuced souligne dans le graph ci-dessous la part des échanges intercontinentaux mais on peut s’interroger sur la prise en compte des échanges informels, par définition non recensés.

On note aussi la baisse des exportations africaines entre 2014 et 2019, notamment les échanges interafricains.

On note aussi que c’est la région d’Afrique de l’Est où les exportations de produits alimentaires sont prédominantes. En Afrique de l’Ouest, c’est la Côte d’Ivoire et le Sénégal, une donnée intéressante à l’aube du grand marché commun africain. La Cnuced rappelle que les trois-quarts des exportations africaines, toutes marchandises confondues, sont des biens primaires.

Mais à vrai dire, lorsqu'on regarde cette denrière carte, on peut se demander si tout ceci ne passe pas tout simplement par dessus la tête de l'Afrique et c'est peut-être tant mieux en attendant que son propre marché continental se développe !

Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +