20 décembre 2021 - 17:43 |

La coopération Turquie-Afrique se renforce, notamment dans l'agriculture

Le 3ème Sommet du Partenariat Turquie-Afrique s’est tenu vendredi et samedi à Istanbul, le président Erdogan s’insurgeant contre le fait que ce continent abritant 1,3 milliard de personnes n’ait pas de siège permanent au Conseil de sécurité ou encore que seulement 6% de sa population soit vaccinée contre la Covid-19.  

Côté économie, Recep Tayyip Erdogan a dit son souhait d'améliorer globalement, d'ici à 2026, le partenariat entre son pays et l'Afrique dans des secteurs clés comme l'agriculture, la technologie, l'énergie, la santé, le commerce, les infrastructures et l'éducation. Il a indiqué que le commerce bilatéral avec le continent avait déjà atteint $ 30 milliards sur les 11 premiers mois avec pour objectif d’atteindre les $ 50 milliards ces prochaines années.

Ceci dit, Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union africaine, entend rééquilibrer les échanges. « Le tissu économique de l'Afrique, encore organisé autour des biens primaires, donc à faible valeur ajoutée, se traduit dans les échanges par un déficit structurel, en général au profit des partenaires. Notre souhait le plus ardent est que le Partenariat Afrique-Turquie contribue, sinon à inverser cette tendance, du moins à en réduire progressivement l'ampleur et les effets indésirables."

Outre le commerce, 25 000 Africains sont employés par des entreprises turques sur le continent africain dans le cadre de projets qui représentent $ 78 milliards, sans oublier les 14 000 étudiants africains en Turquie, a rappelé le président turc.

Une coopération que le président Erdogan entend développer car il veut diversifier ses partenaires économiques. Un plan d’action sur les cinq prochaines années a été adopté.

L’agriculture est un des secteurs clefs de cette relation qui se tisse. Rappelons que fin novembre, la Turquie a signé avec l’Organisation islamique pour la sécurité alimentaire (IOFS de son sigle anglais) un protocole d’accord portant sur la coopération agricole, surtout à l’égard de l’Afrique, rapporte Daily Sabah.   A cette occasion, il a été indiqué que le Bureau turc des investissement et l’IOFS engageraient des actions pour développer les investissements agricoles dans des pays pauvres, surtout en Afrique. « Afin de réussir et d’élever encore davantage la Civilisation islamique, nous devons faire plus en tant que pays et organisations musulmans », avait alors déclaré Yerlan Baidaulet, directeur général d’IOF.

Secteurs: 
Matières premières: 
Non
Énergies renouvelables: 
Non

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +