31 juillet 2017 - 13:45 |

Dans le cadre du PNIA2, chaque projet agricole aura une étude environnementale en Côte d'Ivoire

La Côte d'Ivoire tient à ce qu'un contrôle accru de l'impact environnemental des projets agricoles soit effectué dans le cadre de la deuxième phase du Programme national d’investissement agricole (PNIA 2) qui a été lancé en octobre dernier et qui couvre la période 2017 à 2021 (lire nos informations Les agropoles au coeur du 2è Programme d'investissement agricole de Côte d'Ivoire)

S’exprimant vendredi à Mouyassué, dans le département d'Aboisso, après avoir visité l’usine Africa Palm Indusries (API) qui s’est dotée d’un bassin de drainage en vue de traiter les influents (déchets liquides) de l’huilerie, le ministre de l’Agriculture et du développement rural, Mamadou Sangafowa Coulibaly, a rappelé que, dorénavant, tous les projets soutenus doivent faire l’objet d’une étude d’impact environnemental. Aussi a-t-il félicité les responsables de API d'avoir mis au point une technologie de pointe tenant compte de l’environnement dans laquelle « rien ne se jette », rapporte l'AIP.

"L’objectif, c’est zéro eau dans la rivière", a expliqué le directeur général de API, Soro Yaya, qui accueillait la délégation à l'occasion de la 6ème édition des Journées de l'administration agricole délocalisée (JAAD). Les déchets  traités serviront de composte, de combustible, d’eau d’irrigation des plantations ou destinée à la pisciculture, entre autres.

Entrée en production en janvier 2017, l’huilerie d’API est construite sur 8 hectares. D’une capacité de 23 tonne/heure, la capacité annuelle est de 69 000 t de régime. Trente-trois personnes sont salariés et une trentaine d’autres y évoluent en qualité de main-d’œuvre temporaire. Cette usine de 2ème transformation produit de l’huile de palme brute et de l’huile de palmiste pour fabriquer du savon (marque Kdo).

Filières: 
Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +