01 juillet 2020 - 11:16 |

Des investissements en hausse de 26% depuis janvier en Côte d'Ivoire

En Côte d'Ivoire, d'ici 2023, l’activité économique devrait afficher un taux de croissance annuel moyen de 6,5%, l’inflation serait contenue à 1,8% en moyenne, le déficit des transactions courantes passerait de 2,3% du PIB en 2021 à 2,9% en 2023, selon le document de programmation budgétaire et économique pluriannuelle (DPBEP) 2021-2023, présenté hier par le ministre auprès du Premier ministre, chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat, Moussa Sanogo aux députés. Il a rappele que les objectifs sur ces trois années sont d'accroître l’efficacité du recouvrement des recettes intérieures, de consolider la maîtrise des charges de fonctionnement et de l’endettement public, de poursuivre la politique d’investissement et de réduction de la pauvreté.

Le projet de budget de l’Etat pour l’année 2021 s’établirait à FCFA 8 629,1 milliards (€ 13,16 milliards), à FCFA 9 129,8 milliards (€ 13 922 894 786) en 2022 et à 9 916,3 milliards (€ 15 122 302 960) en 2023.

Les investisseurs n'ont peur ni de la Covid, ni des élections

Quant aux investissements privés en Côte d’Ivoire, vendredi, Emmanuel Essis Esmel, ministre auprès du Premier ministre chargé de la promotion de l’investissement privé et directeur général du Cepici, a souligné que malgré la Covid-19, "Si je me réfère aux chiffres du Cepici, à fin mai, nous sommes à plus de 26% par rapport à l’année dernière".

Cette hausse démontre aussi, selon lui, que les prochaines élections en Côte d'Ivoire n'inquiètent pas. "Un investisseur qui a peur des troubles d’octobre ne viendra pas investir en janvier, février, mars, c’est-à-dire, 6 ou 8 mois avant les élections...Les investisseurs continuent de faire confiance à l’économie ivoirienne".

Un taux d'électrification rurale de 71%

Pour compléter ce panorama macro-économique, notons que mi-juin, le porte-parole du gouvernement Sidi Tiemoko avait dressé un état des lieux des réalisations gouvernementales au premier trimestre 2020, parmi lesquelles on peut noter deux éléments majeurs qui concernant le secteur rural et donc ont une implication directe sur l'agriculture.

Tout d'abord, au niveau de l’électrification rurale, il souligne que 186 localités ont été électrifiées au 1er trimestre 2020, soit 1 105 localités électrifiées en cumul depuis 2019. Le taux d’électrification a été ainsi porté à 71% à fin mars 2020 contre 69% à fin 2019. D'autre part, le Programme d’entretien routier a permis de reprofiler 18 434 km de pistes rurales en 2019, a-t-il déclaré. "Au cours du premier trimestre 2020, 498 km de linéaires ont été réalisés sur la première tranche, correspondant à 16 itinéraires achevés. Pour ce qui concerne la deuxième tranche, les marchés sont en cours d’approbation en vue du démarrage des travaux."

 

Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +