02 janvier 2019 - 12:37 |

Chute des cours mondiaux des produits agricoles africains en 2018, hors cacao et blé

Tout au long de 2018, les acteurs sur les marchés mondiaux de matières premières agricoles ont dû composer avec des incertitudes de taille, accentuant la volatilité des marchés. En définitive, hormis le cacao et le blé, les prix des matières premières agricoles échangées sur les marchés mondiaux et d'une importance vitale pour l'Afrique de l'Ouest ont baissé, parfois de façon conséquente.

Commençons par les bonnes nouvelles du cacao, mais qu'il faut, malheureusement, relativiser de suite Parti de £ 1 383 la tonne sur le marché de Londres le 2 janvier 2018, il a terminé le 31 décembre à £ 1 766. La fève a ainsi gagné 27,7% sur l'année.Mais, comme le rappelle le graph de Reuters ci-dessous, la fève était tombée très bas en 2017.

Evolution du cours du cacao sur le marché à terme de Londres 2010-1018 (Reuters)

Le café, quant à lui, aura été maltraité en 2018, affichant une deuxième année consécutive de baisse tant pour le Robusta sur le marché à terme de Londres que pour l'Arabica à New York. Le Robusta, cependant, a mieux tiré son épingle du jeu que l'Arabica, ayant perdu 11,2% de sa valeur sur l'année contre 19,4% pour l'Arabica. Rappelons que l'Afrique de l'Ouest ne produit que du Robusta, avec un peu d'Arabusta en Côte d'Ivoire.

Evolution du cours du café Robusta sur le marché à terme de Londres 2010-1018 (Reuters)

Pour la première fois en quatre ans, le prix du coton a baissé sur l'ensemble de l'année 2018, perdant 8,2% de sa valeur. "2018 aura été une année brutale pour le coton", estime Keith Brown, de la maison de courtage Keith Brown en Géorgie aux Etats-Unis. Ceci "en raison de la météo, avec des sécheresses, des inondations , des ouragans. Elle a été brutale aussi en terme de politique américaine avec l'instigation de tarifs. Nous avons cassé le marché, parti de près de 91 cents à environ 71 cents."

Evolution du cours du coton sur le marché à terme de New York 2010-1018 (Reuters)

Le caoutchouc a perdu de son élasticité ! Son prix a baissé pour la deuxième année consécutive, perdant 17% de sa valeur sur le marché de Tokyo, le Tocom.  Les opérateurs n'ont eu de cesse, durant l'année écoulée, de s'inquiéter du ralentissement économique de la Chine et de l'impact que cela a et aura sur le caoutchouc.

Evolution du cours du caoutchouc sur le marché à terme de Londres 2010-1018 (IndexMundi)

A l'instar du caoutchouc, l'huile de palme sur le marché à terme de Kuala Lumpur a terminé 2018 en baisse, pour la deuxième année consécutive. Elle aura perdu 15,3% de sa valeur sur les 12 mois, conséquence d'une offre abondante et d'une demande léthargique.

Evolution du cours de l'huile de palme sur le marché à terme de Kuala Lumpur 2010-1018 (Reuters)

Le prix du riz a aussi baisé cette année, ce qui est à la fois une bonne nouvelle car l'Afrique demeure le premier importateur, mais aussi une mauvaise car cela complique le développement des filières en Afrique face à ce riz de plus en plus bon marché sur les marchés mondiaux. Ainsi, le riz étuvé 5% d'Inde est passé de $ 421-424 en début d'année à $ 378-384 la tonne la semaine dernière. Le 5% brisures du Vietnam a moins baissé, parti de $ 390-395 début janvier à $ 385 fin décembre.

Evolution du cours du riz sur le marché à terme de Chicago 2010-1018 (Reuters)

Le blé a été, sans doute, en 2018 un des meilleurs performers parmi les matières premières. La tonne sur le marché à terme de Chicago a grimpé de 18%. Il s'agit de sa plus forte hausse depuis 2012, stimulée par une forte baisse de la production chez d'importants exportateurs comme la Russie, l'Union européenne ou encore l'Australie. Le maïs a également grimpé de 7% sur les marchés mondiaux car l'étroitesse de l'offre en blé a conduit les producteurs d'aliments pour le bétail à accroître leurs achats de maïs. En revanche, les graines de soja ont vu leur prix glisser de 7% suite à la baisse des exportations de Chine et de très belles récoltes aux Etats-Unis et au Brésil.

Evolution du cours du blé sur le marché à terme de Chicago 2010-1018 (Reuters)

Le sucre a terminé 2018 à son niveau de prix le plus bas de la décennie face à un marché mondial qui regorge de produit. Le roux a perdu 20,6% de sa valeur sur les 12 mois écoulés et le blanc 15,8%. Révolution dans le monde du sucre, l'Inde a ravi au Brésil sa place de n° 1 mondial.

Evolution du cours du sucre roux sur le marché à terme de New York 2010-1018 (Reuters)

Parmi les produits non cotés sur les marchés à terme mondiaux, mais qui sont d'une grande importance pour l'Afrique de l'Ouest, on peu noter la chute des prix de l'anacarde. A début décembre 2018, la tonne de noix de cajou brute en CFR Asie était à $ 1300-1400, alors qu'elle était à $ 1900-2200 à mi-janvier 2018, selon les prix collectés par n'kalô. Notons que dès fin novembre 2017, n'étaient cotés que les stocks résiduels d'Afrique de l'Ouest qui se vendaient à $ 1500-1750 CFR Asie.

Le sésame a moins perdu sur l'année. La tonne de sésame bigarré d'Afrique de l'Ouest est passée de $ 1300-1375 début janvier 2018 à $ 1375-1425 en fin d'année, selon les cotations indicatives fournies dans le bulletin d'information n'kalô.

Quant au karité, son prix a évolué très favorablement. Reprenant, ici encore, les données founries par n'kalô, le prix FOB du kilo d'amendes à l'exportation de Côte d'Ivoire est passé de FCFA 140 fin décembre 2017 à FCFA 295-305 fin 2018. Le beurre, en revanche, est demeuré stable à FCFA 800-1000 le kilo.

Filières: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +