10 avril 2017 - 14:45 |

Le Ghana dépasserait les 800 000 t de cacao cette campagne

Grâce à une pluviométrie favorable, le Ghana s'acheminerait vers une récolte de cacao qui excèderait l'objectif des 800 000 t, a souligné vendredi le patron du Cocobod, Joseph Boahen Aidoo à Reuters. En effet, du 1er octobre, démarrage de la campagne, au 23 mars, les achats de fèves ont totalisé 691 149 t, soit une augmentation de 4% par rapport à la même période l'année  dernière.

Pour la prochaine campagne 2017/18, qui démarrera le 1er octobre, le Ghana entend ainsi lever $ 1,3 milliard en septembre auprès de banques internationales, dans le cadre de l'habituel prêt syndiqué, ce qui correspond à une récolte de 850 000 t.

Pour atteindre ces objectifs, le Ghana va renfoncer ses contrôles aux frontières afin d'éviter les flux frauduleux de fèves avec son voisin, la Côte d'Ivoire, et l'entrée de cacao ivoirien considéré de moins bonne qualité. Des flux qui pourraient s'intensifier après que la Côte d'Ivoire ait diminué son prix garanti au planteur pour la campagne intermédiaire qui vient de démarrer (lire nos informations).

Rappelons qu'en prenant ses fonctions en janvier, le nouveau président ghanéen, Nana Akufo-Addo, avait annoncé vouloir "nettoyer" la filière et faire grimper la production à un million de tonnes d'ici la fin de son mandat de 4 ans. L'ancien directeur exécutif du Cococod, Stephen Opuni, qui a été renvoyé en janvier, est suspecté de corruption ; une enquête est en cours menée par l'Economic and Organised Crime Office.

Le président du Cocobod Hackman Owusu-Agyemang avait déclaré il y a deux semaines qu'il ne restait rien du  prêt syndiqué de $ 1,8 milliard obtenu en septembre dernier pour la campagne actuelle 2016/17 qui courre jusqu'à fin septembre.  Une information que Joseph Aidoo compte vérifier, a-t-il précisé à Reuters. En revanche, le Cocobod vérifiera, bel et bien, les contrats pour des routes dans les zones cacaoyères ces 3 dernières années, contrats totalisant 5 milliards de cedis (€ 1,1 milliard). "Cette somme est plus du double que ce qui avait été budgétisé et nous recherchons des justifications pour ces contrats… nous voulons nous assurer que ces projets sont réels", a-t-il déclaré à l'agence de presse.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +