24 mai 2019 - 12:55 |

L’autonomisation des femmes dans la filière textile discutée en Côte d’Ivoire

« Il est infondé d’interdire le métier de tissage aux femmes ». C’est le message dévoilé hier, jeudi 23 mai, par les panélistes qui ont décrit l’absence des femmes dans la chaine de valeur du textile et particulièrement dans le tissage des pagnes, à l’occasion des journées du pagne traditionnel ivoirien qui se tiennent du 20 au 25 mai au Musée des Civilisations d’Abidjan, lors d’une réunion placée sous le thème « Genre et production du textile : enjeux pour l’autonomisation de la femme dans la chaîne des valeurs », nous révèle Abidjan.net.

Cette réunion qui a rassemblé des membres des Nations unies, du gouvernement ivoirien, et des associations du pays ont mis en évidence l’importance des femmes pour l’économie ivoirienne et demandent à cette occasion plus d’autonomie. Nina Bouabré, présidente du Réseau des femmes artisanes de Côte d'Ivoire (REFACI) souligne que lorsqu’ « une femme est autonome, la famille gagne, le pays gagne » et juge infondé que le métier de tissage soit interdit pour les femmes dans certaines régions de Côte d’ivoire. A Mme Touré de ONU Femmes, de préciser que pour arriver à l’autonomie les femmes doivent avoir accès aux « ressources de financement, à la propriété foncière pour cultiver le coton qui est la matière première dans la production du pagne ».

L’occasion, selon elles, de prendre exemple sur le Burkina Faso dont le secteur est dominé par les femmes. En effet, parmi les 50 000 tisserands du pays, 40 000 d’entre eux sont des femmes.

Pays: 
Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +