03 mars 2022 - 17:28 |

La guerre en Ukraine propulse les cours du blé à un plus haut de 14 ans

L’invasion de l’Ukraine par la Russie fait craindre une perturbation massive des exportations de céréales en provenance de la mer noire et propulse encore plus haut les cours du blé mais aussi du maïs et du soja.

Hier sur le Chicago Board of Trade (CBOT), le contrat de blé échéance mai a dépassé le seuil psychologique de $11 le boisseau, soit son plus haut niveau depuis mars 2008. Depuis le début de la semaine, le marché du blé a rebondi de plus de 28%.

Alors que la Russie et l'Ukraine représentent environ 29 % des exportations mondiales de blé, la fermeture des ports ukrainiens et les sanctions  financières envers la Russie obligent les acheteurs à rechercher d’autres sources d’approvisionnement.

Sur le marché européen, les cours du blé flambent aussi à $366 la tonne pour l’échéance mars, et €350,25 pour celle de mai. « Les exportations origines Ukraine ou Russe sont réduites à quasiment zéro, les ports sur le bassin mer Noire n’étant plus actifs à l’exception pour partie des origines Roumanie. Les armateurs ne peuvent plus sécuriser leurs bateaux. Dans ce contexte de nombreux contrats sont annulés pour cas de force majeure, et les acheteurs se voient contraints de trouver des origines alternatives au rang desquelles l’Algérie qui remet la France comme sourcing possible », note dans sa lettre journalière Agritel. L’Europe qui envisage de laisser les agriculteurs utiliser les terres en jachère, notamment pour cultiver des protéagineux destinés à l'alimentation du bétail, afin de contrer les perturbations de l'approvisionnement en provenance d'Ukraine.

A plus  long terme,  des risques croissants pèsent sur  les approvisionnements de la mer Noire estiment les analystes  car la guerre endommage les infrastructures et les terres agricoles de l'Ukraine, tandis que les sanctions occidentales affectent le commerce avec la Russie.

En Chine aussi, principal importateur,  les prix grimpent. Les prix de du blé chinois ont dépassé jeudi 3 000 yuans ($474,84) la tonne pour la première fois cette semaine, la guerre semant la panique sur un marché déjà inquiet d'une crise de l'approvisionnement intérieur.

Matières premières: 
Non
Énergies renouvelables: 
Non

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +