04 mai 2017 - 13:45 |

Baisse de 1,8% des prix alimentaires mondiaux en avril

Les prix mondiaux des denrées alimentaires se sont repliés de 1,8% en avril par rapport au mois de mars en raison des bonnes perspectives d’approvisionnement de nombreux produits de base, annonce aujourd'hui la FAO. Cependant, son indice des prix reste supérieur de 10% à son niveau de l'année précédente.

Le sucre a été le principal responsable de la baisse, chutant de 9,1% en un mois du fait à la fois de l’abondance des approvisionnements en provenance du Brésil et de la faiblesse persistante de la demande d'importation mondiale. Autre facteur de baisse, l’indice des prix des huiles végétales qui a perdu 3,9% durant la même période suite au repli de la demande d'huile de palme et des bonnes perspectives de récoltes et de plantations de soja en Amérique du Sud et du Nord.

Les céréales ont fléchi de 1,2% en avril du fait du repli des prix du blé même si les prix internationaux du riz se sont raffermis et les prix des produits laitiers de 3,3% car la production dans l'hémisphère nord est entrée en haute saison, favorisant ainsi l'approvisionnement à court terme.

En revanche, la viande a enregistré une hausse de 1,7%, les prix du porc ayant augmenté en raison à la fois de la forte demande intérieure de l'Union européenne et de l'augmentation des ventes à destination de la Chine.

Une forte demande africaine de riz en 2018

Quant aux volumes de production en 2017, la FAO a révisé ses prévisions mondiales en matière céréalière pour 2017 : on s'attend à une baisse annuelle probable de 0,4% à partir de 2016, même si le taux d'utilisation augmente d'environ 1%, souligne le communiqué.

Les rendements du maïs au Brésil seraient plus importants que prévu, ce qui porterait la production mondiale à 1 054 millions de tonnes (Mt). Celle de riz resterait stable à 506 Mt comme les prévisions pour le blé, de l'ordre de 740 Mt car la diminution anticipée du volume des ensemencements en Australie, au Canada, en Russie et aux Etats-Unis serait compensée par un regain de vigueur dans l'Union européenne, en Inde et au Maroc.

Sur le plan de la consommation en 2017/18, l’abondance du maïs et des autres céréales secondaires devrait encourager une utilisation plus abondante pour l’alimentation du bétail en Chine et en Amérique du Sud, alors que l'utilisation du riz au plan mondial devrait croître d’1,2% en raison de l'augmentation de la consommation alimentaire.

Fin 2018, selon les prévisions, les stocks de blé augmenteraient de 3,3% pour atteindre un nouveau sommet de 247,6 Mt, gonflés principalement par la Chine qui puise, d'autre part, dans ses réserves accumulées de céréales secondaires quelque 20,5 Mt.

Toujours selon les prévisions, le commerce international du blé et des céréales secondaires devrait régresser en termes de volume, tandis que le commerce du riz devrait augmenter grâce à une forte demande au Proche-Orient et en Afrique.

Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +