Hamnan -CI : du marketing management aux tisanes bio, une interview qui donne la pêche !

 Hamnan -CI : du marketing management aux tisanes bio, une interview qui donne la pêche !
Partager vers

Un véritable engouement pour les produits naturels et le « Made in Côte d’Ivoire » se sont cette année encore manifestés à La Boutique Paysanne au stand de la Côte d’Ivoire au Salon international de l’agriculture (SIA2022) qui se tient cette semaine à Paris. Yao Edwige Cynthia Hamnan en est l’exemple parfait avec le récent lancement de sa gamme de tisanes naturelles. Témoignage pour CommodAfrica.

 

Qu’est-ce qui vous a amené à créer Hamnan-CI ?

Il y a dix ans, je suis tombée amoureuse des épices et j’ai commencé à les étudier et à les utiliser dans ma cuisine. J’ai créé Hamnan-CI en 2017 et on a commencé avec les infusions en 2020. Je suis productrice et transforme en infusions des herbes et des épices qu’on trouve chez nous, en Côte d’Ivoire.

Je n’ai pas encore de restaurant et donc, pour l’instant, je fais la livraison de repas sain et de régime. C’est ce qui m’a conduit à me lancer dans les infusions.

Quelle est votre formation ?

Je suis ingénieure en marketing management et j’ai un brevet de technicien supérieur en logistique. J’ai toujours rêvé de faire cela et je l’ai créé.

Nous avons créé la marque Zoé Herbal Tea avec sept gammes : un tea pour les femmes, un pour les hommes, un minceur, un ventre plat, digestion parfaite et pour la respiration.

Ce sont des infusions. Il n’y a rien de chimique. C’est moi qui fait les mélanges, je mets les herbes, les épices et je les mets dans les sachets.

Où est-ce cultivé ?

Ces herbes sont cultivées dans la région de Bouaké et dans le nord comme le vétiver, le quinquina. Mais on en trouve partout, à l’ouest et à l’est. Notre pays est très riche. On trouve de tout en Côte d’Ivoire, des arbres qui viennent de la France, de Chine comme des arbres fruitiers. Notre terre ets très riche et je fais de essais de plantation chez moi.

Vos produits sont issus de plantations ou les cueillez-vous à l’état naturel ?

Pour l’instant, c’est de la cueillette naturelle. On discute avec des productrices qui ont de plantations mais en général ces herbes poussent naturellement. Je les coupe avec elles et je fais des stocks pour fabriquer les infusions.

Le marché est bon, les débouchés sont là ?

Oui. On a commencé en 2020 et c’est maintenant qu’on lance une gamme dans la Boutique paysanne qui fait la promotion des petits producteurs : à 90%, ce sont des produits des femmes. Nous avons maintenant la boutique au Plateau et bientôt nous aurons un nouveau bâtiment tout neuf, au Plateau, avec plus d’espace. On pourra exposer de la graine au produit final. Et on se retrouve maintenant au SIA, en France : c’est une chance inouïe de pouvoir montrer notre savoir-faire. Car les femmes dans notre pays font beaucoup de choses, elles ont des idées notamment pour faciliter la cuisine, la rendre moins éreintante. Maintenant, plus d e50% de mes courses sont des produits du pays.

Autres Articles

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *