17 septembre 2021 - 07:39 |

L'Inde pourrait représenter 45% du commerce mondial du riz s'il investit dans ses ports

En 2021, l’Inde pourrait représenter 45% du commerce mondial de riz, a indiqué Nitin Gupta, vice-président des activités riz chez Olam India. En effet, la hausse des capacités portuaires devrait permettre au deuxième producteur mondial de riz derrière la Chine d’expédier des volumes records vers l’Afrique et l’Asie, les deux plus grandes destinations du riz indien.

En 2020, les exportations indiennes ont déjà augmenté de 49% pour atteindre un record de 14,7 millions de tonnes (Mt), les expéditions de riz autre que basmati enregistrant un bond de77% pour atteindre un recorde de 9,7 millions de tonnes (Mt). Et en 2021, ses ventes de riz non-basmati à l’international pourraient quasiment doubler par rapport à l’année dernière pour atteindre 18 Mt. Selon le département américain de l’Agriculture (USDA), les exportations indiennes de riz, toutes variétés confondues, totaliseraient 48,5 Mt en 2021/22.

riz_inde.png

Outre les acheteurs traditionnels de l’Inde, la Chine, le Vietnam et le Bangladesh ont grossi les rangs de ses clients. En effet, depuis le mois de mars, le riz indien est demeuré très compétitif face aux origines thaïlandaise et vietnamienne, souligne Reuters. Cependant, le pays n’a pas pu de suite en tirer partie car le principal port rizicole d’Inde, Kakinada Anchorage, était continuellement congestionné et enregistrait d’importants retards de chargement des navires. L’Inde offrait son riz avec une décote allant jusqu’à $ 100 la tonne par rapport à d’autres origines mais les coûts des retards annulaient cet avantage tarifaire comparatif, a expliqué l’exportateur Brahmananda Gudimetla.

Face à cette situation, l’Etat d’Andhra Pradesh, au sud de l’Inde, a décidé en février d’utiliser un port en eaux profondes proche à proximité de Kakinada pour expédier le riz. Ceci a fait chuter la période d’attente des navires pour être chargés.

Cependant, ceci ne résout pas totalement le problème car Kakinada n’a pas d’infrastructure performante pour charger le riz. « Ici, à Kakinada, cela prend environ un mois pour charger 33 000 t de riz. En Thaïlande, cela prend seulement 11 jours pour la même quantité », explique à Reuters le capitaine d’un navire, Fahim Shams. Kakinada a d’autant plus ressenti cette absence de compétitivité avec la hausse du taux de fret car cela a incité les transporteurs de riz de passer du conteneur au vrac.  Si l’infrastructure à Kakinada était améliorée, le port pourrait traiter 2 Mt de riz en plus.

Sur les sept premiers mois de 2021, l’Inde a expédié 12,84 Mt de riz, un volume en hausse de 65% par rapport à la même période l’année dernière, selon les données provisoires du ministère du Commerce. Sur 2021, environ un million de tonnes de riz pourrait être expédié de Kakinada, selon M. Muralidhar, directeur des opérations à Kakinada Seaports Ltd.

Pays: 
Secteurs: 
Matières premières: 
Non
Énergies renouvelables: 
Non

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +