18 mars 2021 - 19:57 |

Chute du cacao de Côte d’Ivoire dans les stocks certifiés des marchés à terme

Les stocks certifiés de cacao du marché à terme ICE Futures Europe ont chuté de 43% entre le mois d’octobre, date de démarrage de l’actuelle campagne 2020/21, et fin février, souligne aujourd’hui l’Organisation internationale du cacao (ICCO) dans son rapport mensuel. Ces stocks sont passés de 62 060 tonnes (t) à 35 140 t. De ce total, la part du cacao ivoirien est passée de 17% du total à 13% et celle du Cameroun de 68% à 59% au bénéfice du Nigeria dont le cacao représente maintenant 25% des stocks certifiés contre 12% en octobre. Les autres origines sont restées stables à 3%.

 

En revanche, les stocks certifiés du marché à terme aux Etats-Unis, l’ICE Futures US, ont quasiment triplé, passant de 9 279 t à 32 109 t. Le cacao de Côte d’Ivoire perd nettement du terrain en ne représentant plus que 55% des stocks certifiés totaux contre 75% en octobre au bénéfice du Cameroun qui passe de 2% à 17% mais aussi de l’Equateur qui représente maintenant 17% des volumes totaux contre 1% en début de campagne. Les fèves péruviennes parviennent à peine à maintenir leur rang, ses volumes glissant de 8% à 7% du total. La part des autres origines a chuté de 14% à 7%.

 

« Cette baisse des volumes de Côte d‘Ivoire continue à trouver son explication dans l’application du différentiel de revenu décent (DRD). Les stocks certifiés ivoiriens ont été consommés au fil des mois depuis l’implantation du DRD », explique un opérateur interrogé par CommodAfrica.  Les industriels ont essayé de trouver l’alternative la moins chère à l’achat de fèves directement de Côte d’Ivoire et le vendeur le moins cher est le marché à terme. « Sur le cacao africain dans les stocks certifiés, il n’y a pas de prime d’origine. Le marché vous paie le prix de la cotation du jour que le cacao soit de Côte d‘Ivoire, du Ghana, du Nigeria ou du Cameroun. »

 

« Aujourd’hui, les stocks certifiés vont se reremplir principalement à New York qui représente jusque-là le meilleur acheteur du cacao ivoirien après que les différentiels aient fortement baissé », poursuit-il. "Or, si auparavant New York était principalement un lieu de stockage de cacao sud-américain, depuis deux à trois ans, les stocks sont essentiellement constitués de cacao de Côte d’Ivoire. » Et aujourd’hui, New York resterait le meilleur acheteur ce qui devrait conduire à un afflux de volumes ivoiriens. « Dans cette hypothèse, cela mettra beaucoup de pression sur le marché car il y aura beaucoup de ventes filiérisées de cacao et, dans un deuxième temps, des acheteurs de cacao ivoirien de bonne qualité risquent d’être attirés par des achats à New York. »

cacao_ci.png

 

Pays: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +