28 octobre 2021 - 16:57 |

Une plateforme électronique au Sénégal sur les maladies d'origine alimentaire

Le Sénégal est en train d'élaborer un système de "notification" des maladies d'origine alimentaire pour mieux évaluer leur ampleur, a indiqué hier l'ingénieure sanitaire Ndèye Mame Diarra Faye, responsable du projet "Amélioration des capacités de surveillance intégrée et de réponse aux urgences de sécurité sanitaire des aliments au Sénégal et au Burkina Faso" financé par le Luxembourg.

Parce qu'il n'existe pas de données sur cette catégorie de maladies, le nombre de cas n'apparaît pas dans le système de surveillance épidémiologique du pays, rapporte APS.

"Avec l'aide de la FAO, on est en train de mettre en place une plateforme électronique qui va contribuer à une meilleure centralisation des informations, dans le cadre de la sécurité sanitaire des aliments, et contribuer à une meilleure prise de décision", a annoncé l'ingénieure sanitaire.

Lancé lundi, un exercice de simulation du Plan national de réponse aux urgences de sécurité sanitaire des aliments (PNRUSSA) devrait s’achever demain. Il s'agit de simuler une intoxication causée par la consommation d'un "lakh", de la bouillie de mil arrosée de lait, lors d'un baptême.

La simulation permettra de tester la capacité du PNRUSSA à gérer une pareille urgence sanitaire.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), on compte 420 000 cas de maladie d'origine alimentaire par an dans le monde. La mortalité est plus forte en Afrique que dans le reste du monde avec 137 000 décès recensés en 2015.

Matières premières: 
Non
Énergies renouvelables: 
Non

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +