03 mai 2018 - 18:30 |

Déficit céréalier au Burkina Faso en 2017/18

La campagne agro-pastorale 2017/18 au Burkina Faso n’a pas été bonne avec un recul de 11% de la production céréalière et de 9% des cultures de rente. Conséquence directe, le nombre de personne se trouvant dans une situation alimentaire limite et difficile est estimée à 3,2 millions de personnes, ce qui représente environ 16% de la population.

La production céréalière définitive de la campagne agricole 2017/2018 a été estimée à 4 millions de tonnes (Mt), en baisse de 11,03% par rapport à 2016/17 et de 11,65% par rapport à la à la moyenne des cinq dernières années. Pour les autres cultures vivrières - niébé, voandzou, igname et patate - la production baisse de près de 1% à 717 419 tonnes, toutefois c’est 8% de moins par rapport à la moyenne des cinq dernières campagnes.

Quant aux cultures de rentes, la production s’établit à 1,361 Mt, en baisse de 8,9% par rapport à la campagne 2016 /17 mais en hausse de 0,53% par rapport à la moyenne des cinq dernières campagnes. Rappelons que notammennt la première spéculation, la production cotonnière a chuté (cf.nos informations). 

« Ces baisses s’expliquent en partie par une baisse globale des rendements de toutes les spéculations, affectées par les longues séquences sèches, l’arrêt précoce des pluies, les attaques de la chenille légionnaire et des oiseaux granivores » indique le communiqué du conseil des ministres du 2 mai.

Globalement, le Burkina Faso enregistre un déficit céréalier de 12% à 477 448 tonnes avec un déficit prononcé pour le riz (534 851 tonnes), moindre pour le blé (212 216 tonnes) tandis que les céréales traditionnelles - mil, sorgho, maïs, fonio – enregistrent un excédent de 269 619 tonnes.

Face à ce bilan, le conseil des ministres a révisé le Plan de réponse et de soutien aux personnes vulnérables à l’insécurité alimentaire et à la malnutrition (PRSPV).

Pays: 
Filières: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +