17 janvier 2022 - 17:32 |

L'envolée de la Côte d'Ivoire sur la filière cajou

Le dernier rapport mensuel du spécialiste n’kalô dresse le point de la situation du marché du cajou en Côte d’Ivoire sur l’année 2021. Et le tableau est flatteur…

La production a franchi la barre du million de tonnes pour atteindre 1,123 million de tonnes (Mt), enregistrant une hausse de 18% en un an. Les stocks des transformateurs ont gonflé de 53% à 130 000 t témoignant d’une belle activité industrielle. La contrebande vers le Ghana se serait contractée de 5% à 180 000 t ; à noter que pas moins de 250 000 t de noix d’anacarde auraient quitté frauduleusement la Côte d’Ivoire pour aller au Ghana en 2019. On revient donc de loin…

Et pour couronner le tout, les exportations de noix brutes auraient été particulièrement dynamiques, en progression de 20% à 813 000 t. L’essentiel serait parti vers le Vietnam dont la demande est, visiblement, insatiable. Sur les 813 000 t de noix brutes exportées des ports ivoiriens, 708 000 t soit 88% sont partis vers le Vietnam. En 2019, soit avant la Covid, on était à 446 000 t.

A noter l’essor des ventes vers l’Algérie même si les volumes n’ont rien de comparables avec ceux du Vietnam : de 300 t vendues à l’Algérie en 2019 et 450 t en 2020, la Côte d’Ivoire en aurait expédié 1 800 t l’année dernière. Affaire à suivre...

Quant à l’actuelle campagne, la commercialisation des noix d’Afrique de l’Ouest va commencer « massivement », souligne n’kalô, à partir de fin février-début mars. «La demande est jusqu’ici très faible. » Et tant mieux car la situation de pénurie de conteneurs se serait encore aggravée en Asie entrainant les prix du fret dans une spirale délirante.

Secteurs: 
Matières premières: 
Non
Énergies renouvelables: 
Non

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +