17 juillet 2017 - 20:15 |

Huile de palme : la Malaisie et l’Indonésie menacent de saisir l’OMC contre l’UE

Les tensions entre les deux producteurs mondiaux d’huile de palme, l’Indonésie et la Malaisie, et l’Union européenne sont à nouveau ravivées. Les déclarations du ministre français de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, sur la volonté de la France de limiter l’usage de l’huile de palme dans les biocarburants, ne sont pas de nature à apaiser ces tensions (cf. notre chronique Matières du Jeudi). Après les énièmes épisodes de la taxe Nutella, c’est la première fois que la France prend une position sur les biocarburants, elle s’était cantonnée jusqu’à présent au registre alimentaire.

C’est aussi au niveau du biodiesel que les deux pays asiatiques veulent porter leur différend avec l’Union européenne (UE). En avril, une résolution du Parlement européen a demandé à l’UE d’éliminer d’ici à 2020 l’utilisation d’huiles végétales dans le biodiesel, des huiles dont la production conduit à la déforestation. A l’issue d’une réunion entre les ministres du Commerce de l’Indonésie et de la Malaisie, les deux pays se sont mis d’accord pour se réunir d’ici à la fin juillet pour « discuter et coordonner » les problèmes liés à l’huile de palme, y compris l’organisation d’une mission conjointe en Europe «pour s'engager avec les parties concernées et les parties prenantes ».

Les deux pays coordonneront leurs plans via le Conseil des pays producteurs d’huile de palme (Council of Palm Oil Producing Countries – CPOPC), une initiative conjointe de la Malaisie et de l'Indonésie pour travailler ensemble sur la gestion des stocks et le soutien des prix. « La Malaisie et l'Indonésie envisageront de soumettre cette question à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) si la Résolution devient une directive de l'UE et de nature discriminatoire », a déclaré le ministère du Commerce international et de l'industrie de Malaisie.

L’Europe est le troisième consommateur mondial d’huile de palme, derrière l’Inde et l’Indonésie. Environ un tiers de ses importations sont destinés à la fabrication de biodiesel. C’est donc un client de choix pour les deux producteurs mondiaux.

Depuis novembre 2013, l’UE a institué des droits antidumping sur les importations de biodiesel en provenance de l’Indonésie (fabriqué à partir de l’huile de palme) ainsi que de l’Argentine (soja) pour une durée de cinq ans.

Des ventes d’huile de palme durable dynamisées

Sur les cinq premiers mois de 2017, les ventes d’huile de palme certifiées Roundtable on Sustainable Palm Oil (RSPO) sont en nette progression affichant une croissance de 43% à plus de 2 millions de tonnes (Mt), contre 1,449 Mt sur la même période en 2016. Les ventes d’huile de palmiste RSPO sont aussi en hausse, de 27%, à 950 000 tonnes. C’est un signal positif même si l’offre de l’huile de palme durable est encore près de deux fois supérieure aux ventes. Aujourd’hui, la production d’huile de palme durable représente 21% de la production totale d’huile de palme.

 

Source : RSPO

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +