25 mai 2016 - 15:00 |

Rabobank révise ses prévisions de prix sur les produits agricoles

La perspective d'un relèvement des taux d'intérêt aux Etats-Unis devrait raffermir le dollar et donc peser sur les cours de certains matières premières, selon un rapport de Rabobank qui donne ses nouvelles prévisions de prix pour ces prochains mois. Des prévisions qui divergent bien souvent de celles du Département américain de l'Agriculture (USDA).

S'agissant du soja, Rabobank estime que le boisseau (27,21 kg), la mesure de référence pour le soja sur le marché à terme de Chicago, pourrait atteindre $ 9,70 d'ici la fin de l'année, en hausse de $ 1,05 sur ses précédentes estimations, mais en-deçà des cotations actuelles à terme qui sont de l'ordre de $ 10,30. Si les pluies en Argentine impactent la récolte, la demande en soja des Etats-Unis a fortement augmenté dernièrement. A noter que les prix des tourteaux de soja sur les marchés à terme sont au plus haut depuis fin 2014.

Quant au maïs, Rabobank voit le boisseau atteindre $ 4 seulement au début de l'année prochaine et non dès le mois de septembre, comme certains investisseurs.

Idem pour le sucre roux. La banque a révisé à la hausse de 1 cent la livre (lb) ses prévisions de prix d'ici un an, à 16 cents, alors que le marché actuellement est à plus de 17 cents.  Quant au café, elle est plutôt pessimiste sur le Robusta, maintenant ses prévisions de $ 1 600 la tonne sur juillet-septembre et au-delà, soit bien en-dessous du prix actuel sur Londres. Les investisseurs, quant à eux, voient un cours aux alentours des $ 1 700 d'ici à un an. En effet, Rabobank minimise l'impact d'El Niño sur la récolte vietnamienne qu'il estime atteindre 27 millions de sacs de 60 kg (Ms) auxquels s'ajoute 1 Ms d'Arabica. Plus optimiste aussi que le marché en général s'agissant de l'Inde dont Rabobank estime la récolte à 3,5 Mds pour 2016/17, soit 10% seulement en-dessous de la moyenne de ces 6 dernières campagnes.

En revanche, la banque avance un prix de 70 cents la livre de coton sur le marché de New York d'ici un an alors que le terme est moins élevé. Pourquoi ? Car l'industrie textile devrait diminuer ses achats de coton du stock stratégique chinois au fur et à mesure que la qualité s'amenuise et se porter sur le marché international. Ce qui aura un impact haussier sur les cours mondiaux. En outre, Rabobank voit la production américaine à 14,4 millions de balles, soit 400 000 balles de mois que les estimations de l'USDA. En effet, des pluies tardives ont impacté le processus de plantations et certains producteurs ont délaissé le coton pour le soja, jugé plus rémunérateur.

Filières: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +